Tag Archives: PMA

c’est (encore) dans la tête

23 Mar

Ce matin, je revoyais Dr Chauve pour avoir ses conclusions sur les différents examens.

Et bien… tout va bien. Mes hormones sont telles qu’elles doivent être au stade où elles ont été dosées, le spermo de Monsieur Moineau est parfait. Nouvelle écho ce matin, tout a un aspect normal, avec « probablement ovulation à venir côté droit ».

Donc : reste à faire une photo de mon intérieur pour voir si rien n’est bouché, même s’il trouve ça peu probable, vu que ça ne fait pas si longtemps que ça que j’ai fait mon Zozio (en C1). Mais il faut de toute façon vérifier avant d’envisager une suite médicale. La suite en question étant IAC, trois ou quatre tentatives si ça ne marche pas dès le départ, puis FIV. Il m’a exposé ça très simplement, un peu comme mon dentiste me disant qu’il faut faire un détartrage régulier. Il a quand même fait une pause ensuite pour me dire que si je n’avais pas envie de me lancer là-dedans, on avait de toute façon toujours nos chances naturellement, que je pouvais prendre le temps d’y réfléchir (ben oui merci, d’autant qu’on est un peu deux, hein, à devoir décider). Il m’a expliqué toutes les étapes à suivre, m’a même dit que si on se lançait en PMA la première IAC pourrait se faire dans deux mois environ. Mais qu’on peut aussi prendre notre temps, par exemple laisser passer printemps/été sans se prendre la tête et prendre les rendez-vous pour septembre. Il a bien souligné les points positifs de notre cas.

Au final, j’ai pris rendez-vous pour l’hystérochose le mois prochain. Si le radiologue annonce que je suis bouchée, je rappelle Dr Chauve pour le revoir dans la foulée ; mais si comme prévu mes trompes sont normales, je ne le revois que si on décide de tenter l’IAC.

Et en sortant du cabinet radio, j’ai appelé mon homme pour le rassurer sur les qualités de ses nageurs (bon en fait il avait reçu le courrier dans la matinée), ai résumé où on en était… et

« Ben tu vois, tout va bien, c’est dans ta tête ! T’as bien vu la secrétaire l’autre jour elle l’a même dit. » (Oui chéri, as-tu aussi entendu quand elle a dit qu’elle avait attendu 6 ANS pour tomber enceinte ??? Moi je renoncerai avant…).

Ah, faut-il que j’l’aime 😉

 

Publicités

C’est dans la tête !

19 Mar

(titre alternatif : où c’est qu’j’ai mis mon flingue ?)

Hier, nous avons fait connaissance avec le labo PMA. Oui, M. Moineau a passé son premier (et dernier ?) spermogramme. Un peu d’attente, la secrétaire nous reçoit avec une vingtaine de minutes de retard. Tout en remplissant notre dossier, elle nous pose quelques questions (on est venus avec Zozio, ça titille sa curiosité) : vous n’aviez pas eu de souci pour le premier ? J’explique que non, j’étais une PB c1 mais que là ça fat plus d’un an et que donc on aimerait comprendre pourquoi ça prend du temps. Et là…

« Ah oui des fois la nature hein… je vous dis ça parce que moi-même, j’ai eu mon 1er enfant en C1, mais après pour le deuxième, j’ai beaucoup attendu… bon je n’ai pas fait d’examens, je préférais faire la nature, mais c’était long.

– Ah ? Est-ce qu’on peut vous demander combien de temps ?

– 6 ans.

o_O

– Oui, et c’est quand mon médecin m’a convaincue de prendre un traitement, et que je m’apprêtais à commencer les piqûres, que je suis tombée enceinte… comme quoi parfois, c’est dans la tête. »

Plein de choses sont passées dans ma tête à ce moment-là :

  • le fameux « non, c’est dans les couilles de mon mec » de Miliette, qui se vérifie chez une certaine proportion des couples infertiles (d’où le point suivant)
  • « p*tain, j’espère qu’elle raconte pas ça à tous les couples qui passent ici !!! »
  • « Non greluche, ça s’appelle les statistiques : si au lieu d’avoir 25% de chances de grossesse à chaque cycle comme la plupart des couples de ton âge, t’en as que 2%, t’as plus de chances d’attendre ta grossesse 6 ans que 6 mois, mais tu peux quand même tomber enceinte naturellement. »

Bref, j’étais ravie de faire sa connaissance quoi…

 

 

Relativisme

27 Mar

Il y a quelques mois, j’avais un peu le cafard parce que mes problèmes de thyroïde reportaient le projet Zozio2. Or j’aurais voulu des enfants rapprochés (moins de deux ans d’écart), histoire de ne pas trop prolonger la période des couches (ma mère a passé 10 ans de dedans avec un bébé tous les trois ans, c’est-à-dire que quand l’un est propre, le suivant arrive), et un peu aussi parce que M. Moineau est un peu plus vieux que moi, et que son propre père est mort à 60 ans, ce qui n’est pas excessivement vieux.

Bref, thyroïde en panne, il faut soigner, et pas de bébé tant que ce n’est pas stabilisé, sans parler du délai de sécurité après la scintigraphie… pas d’arrêt de contraception avant juin, et après entretien récent avec le Dr Philémon, il s’avère qu’il est même plus raisonnable d’attendre septembre. C’est encore jouable pour que n°2 arrive avant les 2 ans et demi de Zozio1, mais pas garanti.

Et puis finalement, il se trouve que professionnellement, ça m’arrangera peut-être aussi d’attendre quelques mois de plus : nouveau poste en vue, je ne serais pas hyper à l’aise si j’y arrivais enceinte de trois-quatre mois.

Mais surtout, surtout, je suis tombée sur le blog de Loosequeen. Et là, comment dire. Même si, comme le chante Sinsemilia* « Oublie l’argument comme quoi y’a pire ailleurs, sache que le malheur des autres n’a jamais fait mon bonheur », je ne peux m’empêcher de me dire que je me suis fait une montagne d’un rien. Parce que quand même, je fais partie des gens qui ont la chance de pouvoir planifier l’arrivée de leurs enfants. Arrêt de la pilule en avril, test de grossesse positif le mois suivant, un zozio en pleine forme neuf gros mois plus tard. Même si ça peut être plus long pour n°2, on est quand même de gros chanceux. J’ai lu en entier, en l’espace de deux jours, l’histoire de Loosequeen, et j’en ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois. Elle a eu un petit Poussin début janvier, mais après tant d’épreuves ! J’ai aussi une petite pensée pour la fille, que je suis depuis quelques temps, et par qui je suis arrivée chez Loosequeen. Puisse la cigogne passer d’abord chez elle, moi je peux bien attendre un peu.

*