Tag Archives: attente

Faire un bébé, c’est simple, qu’on vous dit !

27 Avr

Suite à l’article de Miliette, je me suis inscrite sur le site dont il était question pour recevoir les astuces gratuites pour faire un bébé (oué, gra-tuit on vous dit ! comment c’est trop sympa !).

Je vais donc recevoir pendant quelques temps une astuce par jour ! j’attends une grande révolution dans ma vie Bon comme vous le savez, je me suis aperçue que j’étais déjà enceinte le jour de l’astuce n°5, donc je n’aurai pas trop l’occasion de mettre en pratique, mais comme je suis de nature généreuse surtout quand ça me coûte rien, je vais partager avec vous ces fameux conseils (et aussi ce que j’en pense : ben oui, je suis chez moi).

  1. Pensez positif puisqu’on vous dit que c’est dans votre tête b*rdel de m*rde !
  2. Se focaliser sur l’instant présent. « Je ne suis pas enceinte, ça ne veut pas dire que je ne le serai plus jamais ». Ah oui ça va beaucoup m’aider, merci.
  3. Préserver son couple, parce qu’on se pose la question « A quoi bon rester ensemble si on ne peut pas fonder une famille ? ». Je. Mais. Enfin. /facepalm Mais oui voyons, les gens ne se mettent en couple QUE pour procréer bien sûr !!!  Attention, je ne nie pas que lorsque l’infertilité est attribuée à un des membres du couple en particulier, celui-ci ne ressente de la culpabilité, ou que l’autre se dise parfois « avec quelqu’un d’autre, je serai peut-être déjà parent ». Mais cette formulation… argh.
  4. Se préparer aux remarques des autres. Bon ici on sent mieux le parcours Pmette. L’idée de retenir quelques phrases-réflexes pour répondre aux « et vous c’est pour quand ? » et autres intrusions.
  5. Prendre soin de soi, par exemple : faire un peu de sport (c’est c’laaaaaaaaaaaaaa oui), méditer, faire la sieste, marcher, prendre un thé ou un café (et le chocolat alors ???), se maquiller (euh elle m’a vue ?), faire un gommage ou un masque (oui me tartiner des trucs pégueux sur la tronche ça va me détendre, c’est sûr), appeler une copine, choisir des vêtements qui mettent en valeur (mon radar à clichés vient d’exploser), lire (ça oui… mais j’ai pas attendu qu’on me le dise !!!).
  6. Continuer à profiter de la vie. Je pense qu’on a toute expérimenté ça lors de l’arrêt de la contraception… « un voyage dans quatre mois ? oh non, si je suis enceinte à ce moment-là… ». Je ne sais pas si entendre dire par les autres qu’on ne doit plus arrêter tout « au cas où » permet vraiment de le faire… j’ai l’impression que c’est plutôt une conclusion à laquelle chacun arrive à son rythme.
  7. Regarder toutes les aides possibles. Alors là ça parle médecines alternatives, avec acupuncture et yoga. Bon perso : acupuncture testée pour tenter de stimuler la sortie de Zozio et… PLUS JAMAIS ! Pour ce qui est du yoga, je n’y connais pas grand-chose, j’en ai une image plutôt positive, mais de là à penser que « l’ouverture du 2ème chakra stimule la fertilité » je… euh. Bon enfin je pose ça là, vous en faites ce que vous voulez 😉
  8. Veiller à son alimentation. Conseils classiques de type PNNS, omettant naturellement le végétarisme (« poisson au moins deux fois par semaine dont une fois un poisson gras » euh… nan), mais pour une omnivore effectivement les préconisations sont correctes (enfin j’ai pas regardé hyper en détail non plus mais ça m’a semblé tenir la route).
  9. S’organiser pour éviter le stress. Parce que si on me le dit pas, je suis pas capable de penser à faire une fiche récap des trucs importants à faire. Merci, vraiment.
  10. Se concentrer sur l’objectif. Euh… c’est pas un peu contradictoire avec le 2 et le 6 ?

Bon, résumons : il ne s’agit pas là d’astuces pour tomber enceinte, comme on pouvait le croire au moment de la souscription, mais pour mieux vivre l’attente. Alors, je rigole, mais dans le détail des « fiches astuces », tout n’est pas à jeter. Juste dommage de faire un teasing de ouf pour des « trucs » qu’on découvre facilement en parcourant la blogo PMA.

 

 

Je retiens mon souffle…

2 Déc

Comme tous les mois, j’ai scruté le moindre signe lié à mon cycle. J’ai repéré mon ovulation, environ 4 jours en avance par rapport à la moyenne habituelle ; ça tombait bien, les jours précédents avaient été câlins. Et puis j’ai guetté. Parce ce que ce bébé2, il y a deux ans que je voulais le mettre en route.

DPO10, rien d’inhabituel. Pas le moral. Je décide que je verrai le médecin la semaine prochaine quoi qu’il se passe : soit pour une déclaration de grossesse, soit pour demander des examens.

DPO14, pubalgie, lombalgie, pas encore de règles.

DPO15, espoir : pas de règles alors…

DPO16, test pipi. En louchant très fort, il me semble voir une ligne là où je veux en voir une, mais c’est tellement ténu que je préfère ne rien dire à M. Moineau ; il me reste un test…

DPO17 : bon, si ligne il y avait hier, le taux ayant augmenté depuis 24h, logiquement il devrait y en avoir une bien visible cette fois, non ? Ben non. Que dalle. Même en louchant vraiment très fort. Mais toujours pas de règles, tout n’est donc pas perdu. Midi, trace rosâtre sur le PQ, envie de m’effondrer. Mais je ne vais pas gâcher mes retrouvailles avec ma meilleure amie pas vue depuis un an. Je pleurerai plus tard. Une fois qu’elle sera remontée dans son train, d’abord. Puis en arrivant à la maison. Mais au passage suivant aux toilettes, rien. Alors ces traces ? une conséquence du câlin de la veille ?

DPO18, 14h, toujours pas de vraies règles. M. Moineau, à qui je ne détaille pas tout (il trouve déjà que j’y pense trop), m’envoie un message en me disant de prendre rendez-vous chez le médecin, pour faire un bilan pour se rassurer. Je l’aime. Je lui dis que le rendez-vous est déjà pris. Ce vendredi, qui sera donc DPO21. P*ta*n, faites que ce rendez-vous soit celui de la déclaration de grossesse.

De l’arnaque des tests précoces

29 Oct

Ayant quelques douleurs inhabituelles en cette deuxième semaine post-ovulation, j’ai décidé, après quelques hésitations, d’acheter des tests de grossesse (oui, « des » – on sait jamais, ça arrive de tomber sur un test défectueux). J’avais d’abord en tête d’aller prendre une dizaine de tests à 1€ en supermarché, mais comme je n’avais pas de courses à faire avant plusieurs jours, j’ai finalement été à la pharmacie du coin hier midi. J’ai demandé à la dame « Trois tests de grossesse s’il-vous-plaît, les moins chers », elle m’a donné trois tests de chez Claire la bleue, à un peu plus de 4€ pièce. En regardant les boîtes, j’ai vu qu’il s’agissait de tests précoces : chouette, pas besoin d’attendre la fin de la semaine pour tester ! Et donc ce matin, je déballe un premier test, et lis toutes les informations figurant sur la boîte en attendant les trois minutes nécessaires au prononcé du verdict.

Claire la bleue me dit tout fort qu’elle est fiable à 99%, et qu’elle peut même détecter une grossesse à J-4 ! Super, je pense être à J-2.

Ah oui mais attends ma petite ! Parce qu’à J-4, je ne détecte qu’une grossesse sur deux ! Donc si c’est négatif, attends un jour (ou plus) et recommence !

Complètement à la louche : 1 grossesse sur 2 détectée à J-4, 99% à J0 ; sachant que la βhcg n’augmente pas de façon linéaire mais plutôt exponentielle (taux x2 tous les deux jours), on va dire qu’à J-3 on a 56% de chances de détecter la grossesse, à J-2 62.5%, à J-1 75%.

Donc voilà, j’ai une chance sur quatre, voire sur trois, que mon négatif de ce matin soit un faux-négatif.

 

Si on résume : si le test affiche « enceinte », au mieux on le sait 4 jours plus tôt qu’avec un test classique : rien qui change la vie. Si le test est négatif, on nous conseille de remettre 4€ dans la machine jusqu’à ce que mort du porte-monnaie s’ensuive les règles débarquent.

Vraiment, quand j’aurai grillé les deux autres tests, j’irai refaire un stock avec des tests pas précoces à 1€. (Et sinon, j’ai rendez-vous demain chez le toubib pour une sciatique, au passage je vais lui demander pourquoi j’ai des douleurs ovariennes depuis une semaine… en espérant qu’il ne me dise pas juste « ah ben c’est comme ça les cycles Madame, des fois vous avez mal, des fois pas »).

 

Novembre qui arrive marque deux ans d’attente. Problèmes thyroïdiens : on reporte l’arrêt de la contraception. Déménagement : ce n’est plus le moment. Enfin, on s’y met : ce p*#!@ de DIU refuse de me quitter. Et maintenant, 9 mois d’essais « effectifs », et rien. Mon homme me dit que ce n’est pas grave, on a déjà un Zozio extraordinaire. C’est vrai. Il me dit que ce n’est pas grave, il y a des tas d’enfants dans le monde à adopter. C’est vrai. Mais moi je voudrais juste qu’il soit déjà là.