6 ans, des vaccins, et la rencontre du dentiste

2 Mar

Zozio a eu 6 ans tout récemment.

6 ans. Est-ce vrai ? Mon bébé est-il déjà à l’âge de lire et écrire ? Et bien oui. Il écrit déjà presque mieux que moi, quant à la lecture, il en acquiert avec plaisir les bases (identifier les lettres sous plusieurs formes, rechercher un mot donné dans un texte…). Il engrange les connaissance avec gourmandise, récoltant les louanges de l’institutrice. 6 ans, et il m’émerveille encore chaque jour.

Côté santé…

À 6 ans, il y a une visite médicale prévue à l’école (pas encore eu lieu ici), des rappels de vaccins, et la Sécu nous envoie un courrier de prise en charge sans avance de frais pour une consultation chez le dentiste.

J’ai donc emmené mon grand trésor chez le médecin, où il a vaillamment encaissé sa piqûre, et son papa l’a emmenée chez la dentiste, où il a tout aussi vaillamment supporté un examen complet et même un détartrage. La dentiste lui a aussi bien expliqué comment se brosser les dents, il sait maintenant mieux que moi (enfin au moins la théorie, pour la pratique tout n’est pas tout à fait au point). Pour la terrifiée de la roulette que je suis, quel soulagement que la première rencontre de mon bonhomme avec un dentiste se passe aussi bien !

 

Et les cadeaux ?

6 ans, ça se fête, et même doublement : le jour J avec tous ses grands-parents, la semaine suivante avec de nombreux cousins. Du coup, il a plu des cadeaux sur mon Zozio :

  • une encyclopédie des animaux (un article sur ce livre ici)
  • une machine à coudre (qui coud pour de vrai !)
  • des legos, des legos, et encore des legos (4 boîtes en tout)
  • un chalet en bois Jeujura (par contre il faut que je les contacte, il manquait des pièces alors que d’autres étaient en surplus)
  • un album de Boule et Bill qui l’a fait pleurer de rire (et moi avec)
  • la drôle de rencontre d’Ourse et Lapin (un avis ici)
  • une peluche Obélix et un coussin Idéfix (ses personnages préférés dans les albums d’Astérix)
  • Gluglu et sa reptilomobile

Presque pas gâté donc… mais il le vaut bien 🙂

Publicités

L’arnaque de l’assurance auto

28 Fév

Il y a quelques semaines, en croisant une voiture sur une route étroite, M. Moineau a fait un écart qui l’a mis dans le fossé. Pas de plaies ni de bosses, mais le dépanneur a emmené la voiture au garage car « pas sûr que des pièces importantes n’aient pas été touchées » (je résume, j’y connais rien).

Peu après, nous avons reçu un courrier de l’expert agréé par notre assurance, nous expliquant gentiment que notre clio était « économiquement irréparable » (comme c’est joliment dit) : minimum 4700€ de réparations, alors que sa valeur est estimée à 2000€. Franchise déduite, cela signifie que l’assurance me versera 1775€ pour la réparer ou la remplacer. Pour l’instant, pour ce prix-là j’ai vu une twingo de 200 000 km (ma clio n’en était qu’à 115 000).

Je fais le deuil de ma voiture chérie, et me renseigne pour que mon voisin ferrailleur puisse procéder à l’enlèvement – histoire que les pièces récupérables profitent à quelqu’un qui m’a déjà rendu énormément de services. Que nenni ! Pour que ma voiture quitte le garage, il faut un appel d’offre, il faut donc payer pour récupérer l’épave, ou laisser l’assureur s’en occuper. Et c’est là que ça commence à bien m’agacer. Je dois céder gracieusement mon véhicule à mon assureur, ou payer pour le récupérer. Et sur les papiers, ils précisent bien « ne cochez pas la case ‘pour destruction’ « . C’est pourtant bien eux qui me disent que c’est une épave… mais ils vont bien récupérer un maximum de pièces dessus, pour lesquelles je ne toucherai rien (par exemple les pneus arrière changés il y a un an et demi pour quelques centaines d’euros…).

Et non, 1775€, ce n’est pas un prix de vente. C’est réglé par les cotisations que je paie depuis 10 ans pour cette voiture (à environ 500€/an).

Bref, je n’ai plus de voiture, pas de quoi la remplacer, et la nette impression d’être le dindon de la farce.

 

Masha et Michka

4 Jan

Je tenais à partager avec vous un récent coup de foudre : Masha et Michka.

Zozio a découvert ça à l’école (comment ça on regarde des dessins animés à l’école ??? bon, on va dire que c’était dans le cadre du projet « découverte de la Russie »), et en a réclamé un épisode entre deux Pyjamasques. Bon et bien depuis, quand il demande à regarder des dessins animés, j’essaie de le convaincre d’opter pour la fillette et l’ours (et je suis régulièrement dépitée de recevoir un « oh non j’ai pas envie » – sale gosse). Les histoires sont hilarantes, les expressions des animaux sont très réussies, et ça parle forcément aux parents d’enfants de plus de deux ans (M. Moineau a renommé Tizozio « Masha » dès le deuxième épisode visionné). Masha est minuscule, mais elle mène son monde (et au passage, ça fait du bien de voir un personnage féminin comme ça) : la terreur de la forêt, c’est elle !

Bon vraiment j’aime tout dans ce dessin animé, les personnages, les histoires, la musique, le style graphique… alors que je suis moins enthousiaste devant les autres choix de Zozio.

Par exemple, je n’aime pas trop les graphismes de Samsam, et j’ai l’impression que ses personnages sont assez stéréotypés (déjà sa copine est habillée tout en rose), mais je n’ai pas regardé assez en détail pour être affirmative. J’aime plutôt bien les Pyjamasques, et les filles y sont à première vue aussi dégourdies que les garçons, mais dès la page d’accueil du site on peut remarquer qu’Amaya a le poignet plus fin que ses copains… ohlala on n’aurait tout de même pas pu imaginer une fillette qui ait la même carrure que les garçons de son âge (ou que les deux garçons aient des carrures différentes) !!! Soupir…

Bon après, quand Zozio regarde la Panthère rose, Donald ou Mickey version années 50, y’a des choses à redire aussi, mais j’apprécie quand même 😉