Archive | Végétarisme etc RSS feed for this section

Veganbooooooooooooooox ;-)

13 Mar

Je me suis offert un abonnement de 6 mois à la Vegan Box, et voici la première de la série, reçue ce samedi matin :
Veganbox - mars

Le contenu :

  • planqué derrière sur la photo, un sachet d’algues séchées. Bon là comme ça je suis moyennement inspirée, heureusement la créatrice de la box donne des idées d’utilisation.
  • des biscottes aux fruits. Pas un produit que je consomme habituellement, mais si c’est trop sec à mon goût ça passera toujours avec un peu de…
  • …pâte à tartiner, ça tombe bien, elle est fournie 😉
  • une mayonnaise au citron. Visuellement elle fait bien envie, après je n’aime pas trop le citron donc j’espère que le goût n’en sera pas trop prononcé.
  • une gourmandise à la framboise (déjà avalée, paix à son âme).
  • des oeufs de Pâques… en pâte d’amande ! Je ne suis pas sûre qu’ils tiennent jusqu’à Pâques justement /oups
  • et le cadeau pour les abonnés : une petite barre à la fraise
Publicités

La journée diabéto

30 Sep

Aujourd’hui j’avais donc, ô joie, rendez-vous à l’hôpital pour le démarrage du suivi de diabète gestationnel.

La journée avait plutôt bien démarré, Zozio s’était levé presque facilement et finissait son petit-déjeuner quand j’ai quitté la maison. Les choses se sont très vite gâtées avec le GPS qui se décroche au bout de 300m, et moi qui me dis bêtement « tant pis, je dois juste prendre la rocade et au bout d’un moment ce sera indiqué ». Mouais. Sauf que j’ai apparemment quitté ladite rocade sans m’en rendre compte, et me suis retrouvée à tourner le dos à la ville, sans avoir vu de panneau indiquant l’hosto. Je peux enfin faire demi-tour, il est 8h45, j’ai rendez-vous à 9h et je ne sais pas où je suis. De retour à l’entrée de la ville, je m’arrête et replace le GPS, qui m’indique que je suis à 4km de ma destination. Avec quelques bouchons sur le boulevard où je me trouve – mais des bouchons provinciaux, ça va – j’arrive finalement à 9h04 devant l’entrée du CH, puis trouve le parking. Un truc immense sans aucun repère, je sais déjà que je mettrai trois plombes à retrouver ma caisse au retour… Je coupe le moteur et éclate en sanglots, puis m’extirpe de la voiture en priant pour que le bâtiment où j’ai rendez-vous ne soit pas à côté de la maternité (soit tout à l’autre bout du site).

Ouf ! Le bâtiment en question est fléché dès l’entrée, ce n’est plus très loin… sauf que je tombe sur une porte « accès réservé aux hémodialyses, pour tout autre sujet veuillez vous présenter porte 1 ». Et elle est où ta porte 1 bord*l ??? Je commence à contourner le bâtiment, pour trouver une entrée 3, niveau 2 (la 1 est au niveau 0… youpi). Je fais un tour complet sur moi-même, je veux pas être là, j’ai déjà au moins un quart d’heure de retard en étant partie avec 10 bonnes minutes d’avance, je veux être dans 3 mois avec mon bébé dans les bras et que le corps médical me fiche la paix… Heureusement, je fais visiblement pitié, une dame me propose son aide et m’accompagne jusqu’à l’entrée du bâtiment. Au guichet, quand je m’excuse d’être en retard, on me répond « oh c’est pas grave ! ». C’est gentil mais ça sert à quoi de donner des horaires alors ??? J’arrive ensuite dans le service « hôpital de jour », j’attends un petit moment puis une infirmière s’enquiert de mon nom et il s’avère que c’est elle qui s’occupe de mon groupe. Elle me guide vers une salle où sont réunis autour d’une table deux autres femmes et un homme (le conjoint de l’une a priori, il s’en va deux minutes après mon arrivée).

L’infirmière (très sympathique d’ailleurs), nous expose le déroulement de la journée : la diabéto va nous recevoir une par une, puis répondre en groupe à quelques questions, ensuite c’est l’infirmière qui nous montrera le fonctionnement des lecteurs de glycémie (il y a bien une dizaine de modèles sur la table), puis la diététicienne passera nous voir après le repas. En attendant, on a droit à une pesée et une prise de tension. La diabétologue arrive, une de mes collègues du jour se lève pour la suivre ; elle précise qu’elle est infirmière (je vais donc l’appeler PN pour pregnant nurse par la suite) et a donc déjà quelques connaissances sur le sujet. Pendant son absence, notre infirmière va vaquer à d’autres occupations, je sors mon bouquin… et l’autre nana se met à me raconter sa vie.

RRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

J’identifie très vite le cas social : son fils de 2 ans vient d’être placé (à cause des mensonges de la méchante éducatrice bien sûr), son mari a une autre fille de 3 ans, et une autre de… 6 mois (mais en fait c’est pas vraiment sa fille, il l’a reconnue mais il s’est fait avoir par la mère c’est pas lui le père, ça se voit la môme est blonde aux yeux bleus). Comme elle a eu une césarienne pour son premier, on lui a programmé une autre césarienne pour la fin décembre, dans 2 mois donc (personne n’a osé corriger, même au bout de la cinquième fois). De temps en temps son smartphone l’interrompt et me permet de lire une ou deux pages.

Retour de la diabéto, qui embarque Cassos’, je me détends un peu. Notre infirmière repasse nous donner quelques documents, au passage j’apprends que PN, en tout début de grossesse, n’a pas vraiment de diabète au vu des mesures qu’elle a faites les jours précédents, et que probablement passés les 10 jours de suivis qu’impose le protocole du service, elle pourra remiser au grenier son lecteur de glycémie. Je me dis que ça doit encore plus la faire ch*** que moi d’être là, puisque sur le plan médical elle ne va rien apprendre ou très peu, et qu’en plus c’est probablement une fausse alerte.

C’est mon tour de voir la diabétologue, quelques questions sur mes antécédents, elle regarde mes résultats d’analyse, me dit que c’est vraiment pas grand-chose mais qu’il est important qu’on suive ça pour être sûr que ça reste pas grand-chose. Bon je me fie plus à elle qu’à Dr Chauve pour le coup, même si ce qu’on nous annonce pour la suite ne m’enchante guère : 6 mesures de glycémie par jour pendant 10 jours, puis une nouvelle consultation pour faire le bilan. 60 piqûres en 10 jours, je me demande si c’est Peluche qui a souhaité pendant son diabète que le dieu des chats le venge sur moi… bon c’pas les mêmes piqûres mais quand même.

Retour dans la salle commune donc, l’infirmière commence la démonstration des différents modèles. C’est à peu près 10 fois la même chose, je crois que même Cassos’ a compris avant la fin. Je crève la dalle, il est enfin l’heure de manger. Evidemment comme personne ne nous a demandé avant aujourd’hui si on avait un régime particulier, il y a du poisson avec la purée et les légumes. Du coup, y’a pas assez de purée et de légumes ! Après les concombres-vinaigrette, la purée (très salée à mon goût), les légumes, la portion de camembert, le pain et la poire pas tout à fait mûre, j’ai encore un peu faim. Tant pis, je n’ai plus qu’à reprendre mon bouquin en attendant l’arrivée de la diététicienne – toujours en répondant de temps en temps du bout des lèvres à Cassos’ qui répète les mêmes faits importants de sa vie : qu’elle élève quelques cochons et volailles pour en faire passer un à la casserole de temps en temps ; qu’en début de mois c’est coca mais ensuite de l’eau parce que y’a plus de sous (le RSA et l’alloc handicapé sont vite consommés) ; qu’elle va au baptême de la-fille-de-son-mari-qui-n’est-en-fait-pas-sa-fille mais que bon, elle ne va pas s’habiller spécialement pour l’occasion, c’est qu’un baptême (pis l’autre pouf l’a bien cherché) ; qu’elle ne mange jamais le midi, pas le temps parce qu’elle n’est jamais chez elle (et préparer un sandwich à emporter ???)… parfois, je glisse un regard vers les autres personnes présentes autour de la table (l’infirmière, la copine de PN qui l’a rejointe à midi pour lui tenir compagnie…). Ça me fait du bien de voir des gens normaux autour de moi.

Vers 13h30 la diététicienne arrive. Elle nous fait remplir une courte fiche sur nos habitudes alimentaires, puis nous explique les grands principes de la gestion du sucre (notamment qu’il faut associer des fibres pour limiter le pic de glycémie – bon au moins elle a l’air bien à jour). Elle jette un œil à nos fiches, pose quelques questions pour avoir plus de précisions et donner des conseils sur des points particuliers. Vient le moment WTF (je m’y attendais un peu mais bon), quand elle voit que j’ai rayé viande et poisson, et me demande « vous ne mangez que des œufs alors ? ». J’ai imaginé un quart de seconde une alimentation omelette le matin, œuf sur le plat le midi et œuf à la coque le soir… j’ai répondu que pas vraiment, je mange plein d’autres choses, mais pas d’animaux. « Mais vous mangez des œufs ? – oui, enfin pas tous les jours non plus hein… – ah mais il faut faire attention à vos apports protidiques ! ». Paf ! Miss Diét vient de perdre toute crédibilité. Je réponds que je mange des céréales à tous les repas et des légumineuses environ une fois par jour, elle admet que ça suffit (ouf). Vers 14h15, elle nous laisse avec l’infirmière, on refait notre glycémie et on peut ensuite passer aux bureaux pour prendre rendez-vous pour dans 10 jours… ah non, 17 en fait, y’a plus de places le jour qu’on nous a indiqué et ces consultations ne se font qu’une fois par semaine apparemment. Je quitte enfin les lieux, retrouve ma voiture sans trop de mal finalement (relativement proche d’un lampadaire, et il n’y en a pas beaucoup), branche le GPS qui cette fois daigne rester à sa place jusqu’à ce que je me retrouve en terrain connu.

Arrivée dan mon village, je m’arrête à la pharmacie. Le lecteur pour lequel j’ai l’ordonnance n’est pas disponible, il faudra repasser demain (zut… bon, j’enverrai mes hommes). La pharmacienne me tient le crachoir pendant un long moment – je l’aime bien, et elle est plutôt de bon conseil, mais là j’ai juste envie de rentrer chez moi, manger, dormir… Vivement le week-end !

La découverte du week-end : les Ensoleil’ades

1 Juin

Ce week-end, de retour d’une balade ayant pour prétexte un vide-grenier (dont le tour était très vite fait… c’était organisé par le collège local), nous nous sommes arrêtés dans une grande surface qui n’est pas notre enseigne habituelle.

Et je suis tombée sur ça :

Évidemment, la buse que je suis n’a pas repéré le logo « 100% végétal » en bas à gauche, donc j’ai parcouru la liste des ingrédients pour m’assurer que ça me correspondait bien, et j’ai acheté le modèle ci-dessus, et aussi la recette « poivron-tomate« .

J’ai goûté la version « légumes » hier midi et j’ai adoré ! De même que Zozio qui a mangé les trois quarts de sa portion (alors qu’habituellement pour lui faire avaler des légumes… faut ruser). J’aime autant le goût que la texture, bref j’étais tellement enthousiaste que je me suis dit « faut que j’en parle » 🙂

Le seul truc un peu dommage, c’est que les recettes données en exemple sur les paquets ne sont pas forcément végétaliennes (on voit bien l’œuf déjà en suggestion d’accompagnement sur la photo ci-dessus). Mais sinon je vais guetter ça dans mon magasin habituel, voire je ferai quelques km en plus pour m’approvisionner. J’ai bien envie de tester en version burger-frites !