Moineau, judoka : the end ?

Bon, celleux qui me suivent sur Twitter m’ont déjà vu  pleurnicher sur le sujet : le judo, finalement, c’était pas une bonne idée.

Après l’article précédent, j’étais toute contente de retourner en cours, mais ce fut de courte durée.

Arrivée au dojo, tout le monde se salue, enfin tout le monde… le prof est absent car… il s’est déboîté l’épaule lors d’une compétition le week-end précédent. Tant pis, le président du club prend le rôle d’instructeur, on commence échauffement, petits exercices, tout va bien… jusqu’à ce que paf ! (ou plutôt crac !) Moineau se retrouve par terre et incapable de se relever.

Mais que s’est-il passé ? À vrai dire, je ne sais toujours pas exactement. Mon partenairea fauché ma jambe gauche, mais (comment ? pourquoi ? toujours pas bien compris), mon pied droit est resté au sol. Je suis donc tombée en sentant ma cheville se tordre et en entendant « crac ». Je suis par terre, j’ai mal. Je ne sais même pas trop où j’ai mal d’ailleurs, le pied, la cheville, le genou, ça me lance jusque dans la fesse… Je reste là un moment, mon partenaire fait barrage pour éviter que quelqu’un d’autre me tombe dessus (faudrait pas en rajouter). Au bout d’un moment je rampe dans le coin du dojo pour moins gêner, pendant ce temps l’instructeur du jour va chercher la trousse de secours et me passe un coup de froid sur la cheville (il semble que le genou, finalement, soit opérationnel). Le cours se termine, deux camarades me relèvent. Puis Armance m’aide à remettre ma chaussure (« je crois que tu devrais laisser tomber la chaussette -euh… ouais t’as raison »). Son mari m’emporte ensuite jusqu’à ma voiture en me portant sur son dos, et m’aide à m’asseoir pendant qu’elle s’installe au volant. Ils me ramènent chez moi où je m’effondre sur le lit de la chambre d’ami.

Au bout d’un moment, hésitation mon mari se demande s’il ne faudrait pas m’emmener aux urgences (oh mais oui à 21h, j’ai tellement envie de me traîner là-bas pour y passer la nuit). Finalement j’appelle le 15 pour demander ce que je dois faire, ne surtout pas faire, en attendant de voir mon médecin le lendemain. Le régulateur m’explique qu’il faudra une radio, donc pas la peine de voir mon médecin, sans photo il ne pourra rien faire, « mais ça peut tout à fait attendre une douzaine d’heures ». OK, donc je dors et on verra demain. Je me déplace à cloche-pied dans la maison, youpi tralala.

Le lendemain donc, ma mère vient surveiller les enfants pendant que M. Moineau m’emmène aux urgences. On y arrive vers 10h, on en sort vers 13h30, avec de belles photos, un diagnostic de malléole fracturée, un plâtre (‘fin, une résine), une ordonnance, un arrêt de travail de 10 jours, le n° du chirurgien orthopédiste et l’interdiction formelle de m’appuyer sur mon pied tant que je suis plâtrée (soit 6 semaines ; SIX SEMAINES OmG).

Semaine suivante, nouvelle photo et rendez-vous avec le chir ortho : tout va bien, il prolonge mon arrêt jusqu’au retrait de la résine, « à dans 5 semaines ! ».

Cela fait déjà 4 semaines, j’ai survécu aux vacances scolaires,  maintenant je profite que les gosses soient de nouveau en classe pour me reposer (en glandant sur Internet, tout à fait ; même que j’ai regardé les deux premiers épisodes de la S8 de GoT). Le Lovenox ne fait quasiment plus de bleus, et j’ai affiné mes techniques pour faire la vaisselle sur une jambe ou étendre le linge en étant assise dans le canapé.

Maintenant, je me demande comment va se passer la reprise, ma kiné m’ayant annoncé que je ne pourrai sûrement pas conduire tout de suite, et pour grimper dans le train faut voir… donc aller au bureau risque d’être compliqué pendant encore quelques temps. Heureusement que dans l’Administration, on est à la pointe sur le télétrav… oh wait.

2 réflexions sur “Moineau, judoka : the end ?

    • Je ne sais pas si je reprendrai… Déjà, je me connais, j’aurai la trouille. Et puis quand je serai seule avec les enfants, faudrait pas que je me retrouve à nouveau estropiée… Enfin je verrai en septembre comment sont les choses.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.