où commence la manipulation ?

Zozio n’est pas à l’aise à l’école. Pourtant, aux dires de l’institutrice, il est « brillant, un élève-modèle » et « ses questions et remarques sont toujours pertinentes et apportent à la classe » : de quoi réjouir mon petit cœur tout mou de maman moineau.

Mais Zozio a du mal à aller vers les autres. Il nous parle assez peu de ses camarades, même si un ou deux noms ressortent parfois (et au moins un copain lui a proposé de venir chez lui pendant les prochaines grandes vacances). Ma scolarité n’ayant pas été socialement très confortable, cela m’inquiète. L’institutrice m’a dit de ne pas projeter mon histoire sur lui, mais a confirmé qu’il était très sensible (il peut paniquer pour des choses qui nous semblent anodines).

Récemment nous avons eu un flyer pour le club de judo du coin, et M. Moineau a immédiatement pensé que cela ferait du mien à notre Zozio d’en faire, car le judo transmet des valeurs de respect, tout en dopant la confiance en soi. Quand l’institutrice m’a demandé si Zozio avait des activités extérieures, et que j’ai dit que nous envisagions le judo, sa réponse a été un cri du cœur « ah oui c’est très bien pour les enfants un peu anxieux, je l’ai constaté avec mon propre fils » : du coup elle m’a donné les coordonnées du club.

J’ai pris contact, et emmené Zozio pour deux séances d’observation. Le professeur lui a proposé de lui prêter un kimono pour qu’il se joigne au groupe, mais Zozio a refusé. A la fin de la première séance, il voulait qu’on mette des tatamis dans sa chambre, le soir il était enthousiaste à l’idée de reproduire avec moi un mouvement simple que nous avions vu (on l’a même répété quasiment tous les soirs depuis), mais quand on lui demandait « alors, tu t’inscris ? », la réponse était « non, ça me plaît pas trop ». Alors, je lui ai dit franchement « je crois qu’en fait ça te plaît, mais que ça te fait peur d’y aller parce que c’est avec un groupe que tu ne connais pas ; est-ce que je me trompe ? – Non, tu ne te trompes pas ».

En clair, il serait ravi qu’on fasse tous les deux du judo dans sa chambre, mais par contre aller au club, ça lui semble insurmontable.

Je reviens fréquemment sur le sujet, tout en essayant de ne pas lui prendre la tête avec, dans l’espoir de le décider à franchir le cap, en rappelant les aspects positifs :

  • il y a un garçon dans le groupe qui est dans sa classe et qui semblait bien content de le voir
  • une activité sportive serait un temps pour lui hors de la maison, sans son petit frère pour lui casser les pieds (parce qu’honnêtement en ce moment, il morfle bien avec Tizozio)
  • il est au meilleur âge pour commencer (moi j’ai envie de m’y mettre aussi mais clairement je sens que mon corps aura du mal)
  • il apprendra quelques mots de japonais

Il reste inébranlable : non, il ne veut pas aller avec ces inconnus. Je lui ai demandé s’il préfèrerait du yoga mais la réponse est identique : il veut bien en faire à la maison, mais pas avec des inconnus.

Tout cela me ramène 30 ans en arrière – pas des souvenirs précis, mais un schéma qui s’est répété x fois : « Tu viens, on va jouer à [truc qui implique de se mélanger, voire se toucher] – Euh… nan, j’ai pas envie… – Allez, viens, on va s’amuser ! – Non, non, ça va, je vais vous regarder -Bon, tant pis ! ». Et à la fin, une Moineau assise (ou debout) sur le bord de l’espace de jeu, regardant les autres courir et rire, se sentant mal et ayant l’impression que son malaise était visible et risible (alors qu’objectivement, les autres étant occupés à jouer, personne ne se moquait de la cruche qui était restée sur le bord).

J’ai 36 ans, je suis encore angoissée par beaucoup de situations impliquant de parler à des gens. Rien qu’aujourd’hui, après une réunion de service, j’ai fui le repas offert pour ne pas avoir à manger entourée de 100 personnes. Je n’ai pas envie que mon fils se retrouve dans cette situation dans 30 ans, et je pense que le judo (pas seulement, mais c’est un sport qui me plaît a priori) pourrait l’armer pour se sentir mieux en société.

Mais jusqu’à quel point dois-je insister ?

J’ai vu passer ça récemment sur Twitter : dans la timidité, l’exposition répétée à la situation difficile finit par faire tomber les barrières ; dans la phobie sociale, la répétition des contacts ne met pas plus à l’aise, voire empire le malaise.

Sachant que M. Moineau a une phobie sociale très marquée, et que moi-même d’après ce test j’en ai une modérée, je me demande : en « poussant » mon fils a affronter son angoisse, suis-je en train de l’aider ou de lui faire du mal ? S’il est hors de question de l’emmener au club sans qu’il ait dit « oui », que vaut ce oui s’il cède parce qu’il en a marre de me voir insister, ou craint de me décevoir, et non parce qu’il est convaincu ?

4 réflexions sur “où commence la manipulation ?

  1. Je lisais un truc justement sur ces problématiques ce matin et comme quoi l’enfant apprend par l’exemple. L’exemple donné était celui de parents qui sortent peu, reçoivent peu, n’ont pas beaucoup d’amis ou sont centrés sur la cellule familiale, l’enfant apprend que le monde extérieur est dangereux… Bref, ça peut être une piste à explorer !

    • Oui c’est sûr qu’on vit assez repliés sur nous-mêmes… Mais même quand je lui ai dit que j’avais envie de m’inscrire aussi au judo ça a pas eu l’air de le motiver (ça aurait mieux marché si c’était le même cours j’imagine, mais le cours adulte est après celui des enfants).

  2. Je rejoins Grumpy sur le fait que ça puisse être une piste à explorer. Peut-être qu’au lieu de l’inscrire seul dans un groupe d’enfants vous pourriez commencer par faire des activités tous ensemble avec d’autres familles (participer à des ateliers par exemple ou adhérer à une asso dans un domaine que vous aimez), votre présence pouvant le rassurer et plus l’inciter à aller vers les autres?

    • Le truc c’est que c’est absolument impossible d’entraîner M. Moineau dans ce genre d’activité (sa phobie sociale est trèèèès ancrée), donc il n’y a que moi qui puisse l’accompagner ; mais dans les activités disponibles autour de chez nous, il n’y a pas grand-chose qui me tente (et qui mélange enfants et adultes). Comme on est plutôt mal financièrement, j’ai pas trop envie de nous inscrire dans un truc qui me plaira pas dans l’espoir incertain que ça « débloque » mon Zozio :-/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.