Ich werde singen – mit einer Stimme aus Feuer !

28 Nov

Van Canto, le retour !

…oui, mais pas seuls : le dernier album de mes dieux, Voices of Fire, est en effet en lien avec le roman du même nom (Feuerstimmen en VO) de Christoph Hardebusch.

Pour mon anniversaire, je me suis donc offert la panoplie complète : l’album, le roman, et l’audio-book. L’album est en anglais (pas encore eu le temps de l’écouter 😥 ), le roman donc en allemand, l’audio-book comprend le roman lu par un artiste allemand, Ferenc Husta, avec une musique d’accompagnement, et les chansons du roman interprétées par Van Canto.

feuer

Jusqu’à présent, j’ai pu :

  • écouter les Bardenlieder dans ma voiture, en mémoriser partiellement quelques-unes et réfléchir à une traduction pour une
  • écouter deux chapitres du livre, avec le bouquin sous les yeux pour mieux suivre : y’a pas à dire, ça donne une dimension toute autre au récit !
  • lire en entier le roman (en relisant parfois trois fois certains paragraphes, parce que je suis quand même sacrément rouillée).

Mon vœu du moment : relire le roman en entier avec l’audio dans les oreilles (mais je sais pas quand je trouverai le temps… je ne suis pas sûre d’être capable de faire ça dans le train).

Premier commentaire sur le roman (avec spoiler) :

C’est assez classique, on a deux personnages principaux, un homme une femme, confrontés à des événements surnaturels et dont les routes vont se croiser, et qui vont cheminer ensemble, pour finir par sauver leur monde en amoureux. Mon moi féministe a été agréablement surpris par deux aspects du roman : l’équilibre entre les deux héros (non, ce n’est pas le prince qui sauve la gentille idiote du danger qu’elle est incapable de reconnaître, mais deux personnages d’égale intelligence), et dans l’ensemble des personnages secondaires, voire tertiaires (une soldate par-ci, une baronne par-là, une arcaniste ici… les femmes sont présentes dans tous les rôles). On passe le test de Bechdel haut la main, et surtout avec naturel, et ça fait du bien. Du coup, j’ai bien envie de lire d’autres romans de Christoph Hardebusch (en plus, ça dérouillera un peu mes neurones germanophones).

 
Je vous laisse avec un extrait de l’album :
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :