L’allaitement tizoziesque

30 Jan

L’allaitement, pour moi, en théorie, c’est une évidence. En pratique, ça l’a été beaucoup moins pour Zozio, et je redoutais de rencontrer les mêmes difficultés avec son petit frère.

Finalement, les choses ont beaucoup mieux démarré : en salle de naissance, Tizozio a tété pendant 15 minutes, avant de chouiner pour passer à l’autre sein et téter à nouveau 15 minutes. Ce début très encourageant m’a bien boosté le moral, même si je savais que tout n’était pas gagné pour autant (son frère avait réussi à téter une fois sans stimulation ni accessoires… une seule fois). Très vite cependant, les choses se sont corsées. Au cours de la première nuit, sa deuxième tétée s’est bien passée, mais à la suivante, j’ai commencé à avoir de grosses douleurs. Quand j’ai demandé à l’auxiliaire si elle pouvait vérifier notre position (j’ai lu et relu que les douleurs lors de l’allaitement sont presque toujours dues à un mauvais positionnement du bébé), elle m’a répondu « Ah mais de toute façon il vous fera mal, c’est normal ». OK ben merci hein. J’avais oublié que nous les Fâââmes étions faites pour souffrir.

Heureusement dans la matinée, une autre auxiliaire me donne un échantillon de lanoline à appliquer sur les mamelons, et m’aide à mieux placer Tizozio. En parallèle, je demande à M. Moineau d’aller m’acheter un tube de la pommade magique, ainsi que des bouts de sein en silicone – il m’apportera le tout l’après-midi même.

Au début, Tizozio n’apprécie pas le goût du plastique : je renonce à utiliser les bouts de sein et pleure à chaque tétée. Je passe tout mon temps les seins à l’air, ne supportant absolument pas le contact d’un tissu – même la douche est délicate, sans parler du séchage après. D’ailleurs une sage-femme s’étonnera que je sois aussi à l’aise de rester à demi-nue tout le temps, et me glissera que quand même, il va bien falloir remettre un soutien-gorge pour ne pas abîmer ma poitrine (WTF ?? Non, le soutif sera là pour tenir les coussinets d’allaitement en place, et j’attendrai le dernier moment pour m’infliger ça – à savoir une heure avant le départ de la maternité).

Pendant deux jours, chaque sage-femme et chaque auxiliaire me donnent des conseils pour positionner Tizozio, faire cicatriser mes crevasses, m’encouragent. Malgré tout, j’ai tendance à repousser les tétées – de 5, 10 minutes, j’attends que mon fils pleure au lieu de donner le sein dès le premier signe d’éveil comme il est recommandé. Par deux fois, je demande à ce qu’il reçoive un complément de LA pour « passer un tour » et donner un peu de repos à mes seins douloureux. Et puis au matin du 3ème jour, je me réveille avec les seins ayant triplé de volume : c’est la montée de lait et là, instant de panique : Tizozio n’arrive plus à attraper le téton, il s’énerve, je me demande si notre allaitement naturel va s’arrêter là pour céder la place à une machine à traire… et puis je repense aux bouts de sein. Je les ressors de la boîte et ô joie, après un peu d’hésitation, Tizozio se met à téter avec \o/

Les choses restent difficiles, quasiment à chaque tétée j’appelle à l’aide pour la mise au sein car je n’arrive jamais à nous caler confortablement. À tel point que le soir, on me dit que c’est embêtant pour une sortie le lendemain, car on ne me trouve « pas assez autonome ». Euh oui et donc, vous me proposer de rester un mois à l’hôpital s’il me faut un mois pour me sentir bien avec la mise au sein ??? Certes la reprise de poids est très timide, mais elle est là…

À nouveau, je discute, argumente avec le corps médical : d’une part, une journée de plus ou de moins à l’hôpital ne changera rien, d’autre part, j’ai ma soeur à la maison pour quelques jours, qui a allaité pendant 5 ans et saura donc m’aider, et enfin, j’ai une sage-femme à 5 minutes de chez moi que je peux appeler à l’aide également. Finalement, je sens que je dois « faire mes preuves » et pendant la nuit, je me force à ne pas appeler à certaines tétées, quitte à avoir mal ici ou là parce que je suis mal installée – tant qu’il tète, ça va. Le matin du 24, la sage-femme de service m’explique qu’elle est encore sceptique, qu’elle voudrait assister à une tétée pour observer comment on s’en sort. OK, sauf qu’entre le moment où Tizozio s’éveille tranquillement et où je sonne, et le moment où elle arrive, il s’écoule de longues minutes pendant lesquelles mon fils se met à hurler, ce qui ne rend pas les choses faciles. Quand elle me dit qu’elle trouve sa succion insuffisante, je sens les larmes monter à mes yeux ; elle le voit et me dit « allez-y, craquez si vous en avez besoin ». Je me mets à pleurer tout en lui répondant que j’ai tiré mon lait 6 mois pour mon aîné et que s’il faut recommencer pour n°2 j’en ferai autant, mais que j’arriverai à nourrir d’une manière ou d’une autre, alors ça ne sert à rien de me retenir ici et de toute façon M. Moineau m’a dit qu’il était OK pour qu’on signe une décharge pour sortir (oui bon ça j’lui dis pas). Du coup, elle me dit OK, vu l’heure, on n’a qu’à prévoir une sortie à 15h, comme ça d’ici là il y aura encore une tétée et elle pourra voir si ça va mieux. Alleluiah ! Vers 14h, elle assiste à la tétée suivante avec un Tizozio calme et bien éveillé, elle se dit pleinement rassurée et me souhaite un bon retour à la maison \o/

 

Avec tout ça, les crevasses n’ont pas complètement disparu, je continue avec les bouts de sein. Mais à la première pesée, ma SF me dit qu’on est un peu léger, et me conseille de les ôter car ils peuvent diminuer la stimulation de la lactation. Elle me conseille de commencer les tétées avec et de les enlever en cours de route, et pas forcément à chaque tétée au début, le temps de m’habituer. Après quelques jours je tente donc l’aventure. Aïeuh. Bon, ce n’est pas agréable, mais c’est supportable… enfin environ une tétée sur deux. À 19 jours, pesée à la PMI : ouf, on a retrouvé le poids de naissance, mais c’est quand même un peu lent… mais finalement, le premier pic de croissance arrive – 3 semaines, piles à l’heure – et à la pesée suivante, la courbe s’accélère 🙂

À la visite du 1er mois, nous sommes à 4,2 kg, toujours dans la norme basse, mais suffisant. 9 jours plus tard, 500g sont venus s’ajouter au compteur !!! Entre temps, nous avons passer trois jours éreintants, avec en fin de journée une tétée par heure (20 minutes par sein à chaque fois… aaaaaaaaaargh). Tiens le pic de croissance des 6 semaines semble être en avance de quelques jours… en un sens, tant mieux, parce que c’est hard, alors autant en être vite débarrassés !!!

Et maintenant… les tétées restent un peu douloureuses, mais c’est supportable (enfin moins quand c’est 15 fois par jour mais maintenant que ça semble calmé ça ira), et puis je vais bientôt revoir ma sage-femme pour la visite post-natale faut juste que je trouve le temps d’appeler pour demander un rendez-vous, je verrai avec elle comment améliorer les choses.

Bientôt, on s’attaquera à un autre problème : faire des réserves de lait en vue du retour au boulot. J’ai déjà testé le tire-lait que j’ai en location (un Kitett, qui pèse trois tonnes, pas vraiment pratique à emporter au bureau mais on fera avec ; l’essentiel c’est qu’il pompe bien, et ne fait pas un bruit d’enfer), et constaté avec soulagement que Tizozio arrivait à boire au biberon (Calma de Medela, un modèle spécial allaitement – on avait essayé avec Zozio mais il n’arrivait pas à s’en servir). Reste à ressortir les biberons de stockage et réviser les durées de conservation…

Publicités

19 Réponses to “L’allaitement tizoziesque”

  1. bulle007 30 janvier 2016 à 23 h 58 min #

    Fiou.
    Pas facile.
    Mais tu n’as rien lâché ! Bravo ! 👏
    Moi je passe à la casserole dans deux semaines et j’ai comme toi laaaa raggge d’y arriver.
    Bisette et merci pour ton article

    • Moineau 31 janvier 2016 à 11 h 23 min #

      Merci, et bon courage à toi 🙂

  2. lamisskangourou 31 janvier 2016 à 2 h 34 min #

    Quelle détermination! C’est chouette que ça ait fonctionné. Les calma de Medela sont top. Nano ne boit encore aujourd’hui qu’avec ces bibs et refuse tous les autres, bien que sevré!
    Courage pour le tire lait.
    Bisous et accroche toi, le plus dur est fait!

    • Moineau 31 janvier 2016 à 11 h 25 min #

      Merci ! C’est un soulagement de voir le temps déjà passé, car je sais que ce sera de plus en plus simple 😉

  3. margoublog 31 janvier 2016 à 9 h 14 min #

    Jamais facile les débuts d’allaitement. Bravo pour ta détermination et le succès.
    En tire lait j’ai acheté l’affinity pro de lansinoh. Double pompage. Pas tellement cher et petit qui marche sur pile et silencieux. Il est fourni avec des biberons et sacs de stockage.

    • Moineau 31 janvier 2016 à 11 h 29 min #

      Je ne pense pas forcément investir, je pense que je laisserai le kitett au bureau tout simplement, je ne tirerai pas à la maison après la reprise. .. mais si ça ne suffit pas je devrai y repenser!

  4. princessepi👸 31 janvier 2016 à 10 h 39 min #

    J’ai cru comprendre en cours de prepa que l’allaitement c’était pas facile (et moi qui aimerais vraiment essayer d’allaiter TED, ça m’angoisse un peu). Mais toi, tu n’as rien lâché, tu t’es accrochée et tu y es arrivée alors bravo 👏💪 j’espère que j’aurai autant de détermination que Toi !
    Force et courage pour la suite 😘

    • Moineau 31 janvier 2016 à 14 h 49 min #

      Ça aide de connaître à l’avance les difficultés qui peuvent se présenter, et surtout de savoir que presque tout est surmontable. Mais je te souhaite d’être chanceuse et que tout aille bien dès le départ 🙂

    • marivalou 1 février 2016 à 6 h 20 min #

      N’hésite pas à demander conseil. Hein.

  5. marivalou 1 février 2016 à 6 h 24 min #

    Coucou ! Zut, c’est dommage, j’avais un remède infaillible contre les crevasses. Comme toi, j’ai eu du mal à trouver les bonnes positions et petit bout m’a abîmé les seins… Ma SF etait effarée de l’état de ma poitrine au retour de la maternité. Les bouts de sein juste le temps de la cicatrisation et les compresses dont je me souviens plus le nom (je peux retrouver) m’ont sauvé la vie. Mais j’ai eu un allaitement difficile avec 12 tetees par 24h durant un mois et demi, Bcp de craquage…. Je suis passée en mixte au bout de 2 mois, et sevré à 3 mois car avec mon job trépidant, je n’y arrivais pas. Alors j’admire que tu y arrives aussi longtemps et surtout avec la reprise du boulot !

    • Moineau 1 février 2016 à 22 h 03 min #

      Oh bah je suis pas encore de retour au boulot hein ^^ Pour Zozio on était passé en mixte à ce moment-là, je pense que là ce sera pareil même si j’essaierai de fournir quand même un peu de lait pour la journée…

      • marivalou 1 février 2016 à 22 h 50 min #

        Pareil

  6. MadamePatience 1 février 2016 à 13 h 51 min #

    Bravo pour ta persévérance ! Finalement je constate qu’on a toutes les mêmes problèmes avec l’allaitement ! Je ne suis pas trop d’accord avec le fait que ca doit faire mal par contre. Tu peux te tartiner de Lansinoh ca aidera ton téton à s’endurcir et surtout n’hésite pas à te masser un peu le téton après chaque tétée avec ton lait c’est hyper cicatrisant et ca avait été miraculeux sur mes crevasses ! Sinon je suis un bel exemple de réussite d’allaitement avec les bouts de seins et ceux pendant bientôt 6 mois ! Les bébés savent bien s’habituer quand ils ont faim (pour moi la marque Medela taille S car tous les autres marques et tailles un carnage) et pour le stock au tire lait essaye de te créer une tetee fictive tous les jours à la même heure et le lait finira par venir (même si pas beaucoup au début continu de tirer minimum 20min en double pompage idéalement). Et si finalement tout cela reste dur et compliqué ne regrette pas d’avoir à donner ton lait uniquement au bib car finalement l’essentiel c’est qu’il est ton lait. Courage à toi, continu à t’accrocher et les plus gros fuck* de pics de croissance sont derrières toi ! Gros bisous

    • Moineau 1 février 2016 à 22 h 07 min #

      Merci 🙂
      Oui celle qui m’a sorti que de toute façon j’aurais mal, j’ai eu envie de la baffer… mais je me suis retenue ^^
      Je résiste encore sans les bouts de sein depuis quelques jours (une semaine ?), et aujourd’hui les tétées sont plus espacées donc ça va mieux. Je les garde quand même à portée de main.

  7. mamandanslezef 1 février 2016 à 21 h 11 min #

    Ça me rappelle quelque chose ton histoire. J’ai d’ailleurs rassemblé quelques souvenirs sur mon blog si ça te tente. Sinon c’est marrant ce surnom pour ton enfant. Ca sonne comme du créole. Bonne soirée.

    • Moineau 1 février 2016 à 22 h 14 min #

      Je viens d’aller y faire un tour, effectivement je reconnais bien ce que tu décris (les conseils tous azimuts à la mater par exemple) 🙂

  8. Peuvent-ils souffrir ? 5 février 2016 à 22 h 10 min #

    Bravo pour ta persévérance !
    J’espère que le plus dur est derrière vous 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :