Je ne suis pas une statistique

20 Oct

(ou « Moineau est complètement larguée »)

Vendredi, écho du dernier trimestre avec Dr Chauve. Tout ce qu’on peut voir est normal, j’en suis à +9kg, tout va bien quoi. Les mensurations de Tizozio commencent à s’éloigner des normes, je montre les courbes de croissance in utero de Zozio pour comparer ; Dr Chauve trouve qu’on grimpe moins vite, et surtout il me précise un truc auquel je ne m’attendais pas : « le diabète gestationnel joue surtout sur le périmètre abdominal, pas sur les autres mesures, or là il est normal ». Entre les lignes, je lis que finalement, il est moins affirmatif quant à un DG non dépisté pour Zozio, puisque les mensurations de celui-ci étaient toutes élevées, pas spécialement son tour de taille.

Il me propose de le revoir le mois prochain pour une dernière écho, mais je décline au prétexte de la distance entre le Nid et GrandeVille ; j’ai déjà rendez-vous à l’hôpital, pas envie de multiplier les trajets. Il me dit que si je change d’avis, notamment si l’hôpital ne me fait pas d’écho, je pourrai toujours rappeler et qu’il essaiera de me caser dans son emploi du temps. Sinon, je pourrai le revoir pour la visite post-natale. Bon là encore, je pense que j’irai plutôt voir la sage-femme locale plutôt que de me trimballer à GrandeVille, mais je laisse la porte ouverte.

En sortant de ce rendez-vous, je suis donc plutôt soulagée.

 

Hier, consultation avec la diabétologue… et je tombe des nues. « Vos valeurs sont hautes, je pense qu’on devrait passer à l’insuline ». Euh whaaat ? 1,30 au lieu de 1,20 après le petit-déjeuner, et on sort l’artillerie lourde ??? Je lui dis que je ne comprends pas trop pourquoi on fait tout ça (surtout après avoir lu ça). Je rappelle que j’ai déjà accouché par voie basse d’un bébé taille 3 mois, qu’en plus, diabète ou pas, celui-ci sera grand de toute façon, on le sait déjà… le seul problème restant est l’hypoglycémie néonatale (mais quelles que soient mes glycémies avant la naissance, Tizozio aura droit d’office à une mesure de glycémie à peine arrivé, avec « sucrage » à la clé si besoin). Sa réponse est que même si la naissance de Zozio s’est bien passée, y’a quand même un risque de césarienne (la fonction « probabilité sachant que » ne semble pas fonctionner, y’a que la proba tout court qui compte). Elle me prescrit donc de l’insuline (matin et midi, mais pas le soir) en me disant qu’il faudra revenir en consultation dans deux semaines et dans un mois. Elle me propose ensuite de retourner en salle d’attente, en attendant qu’une infirmière puisse me montrer l’utilisation de l’insuline. Elle me demande si je souhaite qu’une infirmière vienne me faire les injections – non merci (hors de question plus exactement : quelqu’un qui sonnera à notre porte à 6h30 le matin ? et le week-end, elle vient quand ? et au bureau ?).

Retour en salle d’attente, je retourne tout dans ma tête, j’essaie de comprendre d’où me vient cette rage autour de ce fichu diabète. Les brochures et affiches présentes un peu partout me mettent sur la voie : le diabète, c’est la maladie de mon Papa. Qui bouffe déjà un peu d’espérance de vie, mais ce n’est pas la pire. À 33 ans j’ai encore mon Papi miracle, mais combien de temps mes enfants connaîtront-ils le leur ? Je redeviens une toute petite fille qui n’a qu’une envie, se rouler en boule contre son Nounours en essayant d’oublier le monde.

L’infirmière m’appelle, me montre le matériel – oui je connais, je l’ai déjà utilisé pour mon chat, j’ai juste besoin de savoir à quel endroit on pique. « Souvent les femmes enceintes n’aiment pas piquer dans le ventre « (oui ben je suppose que les autres non plus) « alors on fait derrière le bras ou dans la cuisse ». Va pour la cuisse, au moins c’est facilement accessible (y’a de la surface). Ah, et il faut caler les prochains rendez-vous (fait ch***). Un dans deux semaines… ah non le lundi c’est complet, le mardi j’ai véto, le reste de la semaine faut voir… bon jeudi après-midi, assez tôt pour que je ne rate pas le contrôle technique en fin de journée. Et puis dans un mois… « on va mettre ça le même jour que vos autres rendez-vous » jusque-là, ça me va « euh entre les deux en fait ». Alors là comment dire… c’est pas dans le même bâtiment, je ne sais pas à quelle allure je marcherai à ce moment-là, j’ai pas trop envie de me stresser quoi. Y’aurait bien le dernier créneau de l’après-midi, mais comme pour l’instant y’a rien dans l’heure d’avant, on va pas retenir le médecin une heure juste pour ça (ben on n’a qu’à oublier alors…). Donc finalement, le rendez-vous est calé entre les deux autres « c’est pas grave si vous avez un peu de retard entre les différents services ». Ah. À part pour mes nerfs quoi. Au passage, j’ai appris que la consultation anesthésie ne durerait qu’une vingtaine de minutes (bon vu que je l’ai déjà eue et que donc il n’aura pas à m’expliquer le fonctionnement de la péridurale, juste noter mes antécédents médicaux, ça me semble logique), et la consultation SF… pareil (allez, 30 minutes au maximum). Ça sent la consultation dont on sort en se disant « oh j’ai oublié de demander… ». Youpi, ça donne envie. Finalement, je vais ptet accoucher à la maison tiens.

Publicités

4 Réponses to “Je ne suis pas une statistique”

  1. eofdcjuf 20 octobre 2015 à 7 h 43 min #

    Bonjour,
    C’est curieux mais pendant ma grossesse j’ai eu ce sentiment aussi (même si aucun souci) à savoir que jusqu’à 7 mois les rendez-vous me paraissaient long et éloignés et dans la dernière ligne droite tout s’accélère et on peine à suivre le calendrier.
    Le protocole pour le DG doit être bien lourd ajouté à tout ça, et dans les CH ils ont tendance à être TRÈS rigides. J’avais eu de la chance, le gynéco qui me suivait (en CH pourtant) n’a jamais testé ma glycémie, alors que j’ai pris plus de 21kg en 8 mois, mais comme je partais de loin et que lui partait du principe que si on cherche trop on trouve, on m’aura au moins foutu la paix là-dessus.
    Bon courage en tous cas!
    Bises

    • Moineau 20 octobre 2015 à 21 h 23 min #

      Ce qui m’étonne aussi, c’est la divergence de raisonnement entre l’anémie et le DG : l’anémie n’en est pas une parce que « la grossesse fait baisser le fer, c’est normal », mais l’intolérance à l’insuline qui est induite par les hormones de grossesse, là c’est le branle-bas de combat :-/
      Bref je fais grève des piqûres pendant quelques jours, et quand je serai calmée je m’y remettrai…

  2. margoublog 20 octobre 2015 à 7 h 46 min #

    Désoler que tu doives passer a l’insuline mais je pense qu’ils savent ce qu’ils font et que c’est le mieux pour vous deux. Bon courage !

    • Moineau 20 octobre 2015 à 21 h 20 min #

      Je crois que ce qui m’emm*rde, c’est que peut-être qu’ils savent ce qu’ils font, mais ils ne savent pas me l’expliquer. Franchement j’ai eu beaucoup plus d’empathie et de pédagogie de la part des vétos qui ont suivi Peluche que de la part du gynéco ou de l’équipe diabéto ! Au final, je n’arrive pas à leur faire confiance, j’ai l’impression qu’ils soignent des chiffres et pas ma personne…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :