Lecture pour nenfants : les histoires de Camille

7 Avr

Les cloches de Pâques* ont laissé dans le jardin non seulement des chocolats, mais aussi des livres, dont celui-ci :

Zozio l’a adoré, on a dû le lire environ 40251 fois en deux jours. J’ai moi-même beaucoup apprécié, je trouve les dessins très agréables, tout doux. Le Nounours de Camille a des expressions de personnage à part entière, même si c’est clair que c’est une peluche, ce qui a bien plu à mon Zozio (« Moi j’ai l’Ourson, Camille elle a son Nounours ! »). Le texte est bien écrit, il passe bien à l’oral sans reformulation, sans être simpliste pour autant.

Bref je sens que ma tirelire va encore prendre une claque ! Une quarantaine de titres dans la série… presque 200€ donc (même si je vais éviter certains titres je pense – va à l’hôpital, veut regarder la télévision, en visite au zoo…)

Et je me suis aperçue hier soir que l’éditeur était Hemma, qui accompagnait déjà mon enfance avec ses Contes pour Enfants sages. J’ai récupéré récemment certains tomes chez mes parents (manque le n°2, perdu, ou pas acheté à l’époque ?), et j’ai déjà apprécié les messages véhiculés par certaines histoires peu connues :- quand Benjamin va à la pêche, un poisson lui joue un drôle de tour… Benjamin l’attrape, mais devant les supplications du poisson, il décide de rejeter celui-ci à l’eau. Il est dit qu’il ne retourne plus jamais à la pêche par la suite.
– quand Mireille va à la pêche (avec son chat)… et sort un gros poisson de l’eau, elle entend ensuite un petit poisson pleurer « ils emportent ma maman ! ». Elle a de la peine et remet alors la maman poisson à l’eau (bon par contre, pour consoler son chat qui fait la tronche, elle lui dit « nous mangerons de saucisses »).
– quand les écureuils font remarquer au bûcheron qu’il détruit leurs maisons, celui-ci est tout désolé de n’y avoir jamais songé (bon après, les zanimaux étant bien sûr là pour rendre service à l’Homme, les écureuils lui proposent de « marquer » les arbres inhabités pour qu’il puisse continuer à bûcheronner).

Bref l’idée qu’on peut faire du tort aux animaux, et que c’est une mauvaise chose, est présente. Un brin d’antispécisme dans des contes pour enfant, ça me plaît !

Ce qui me plaît beaucoup moins, c’est la classification « fille/garçon/mixte » sur le site de l’éditeur (ouuuuuuf, les histoires de Camille sont « mixtes », je ne vais pas djendeuriser mon Zozio), qui renvoie à l’article sur le féminisme en librairie que je vous ai fait suivre récemment.

 

 

*Je vous ai entendus, hein, me traiter de cloche. Bon c’est pas immérité, vu que j’étais persuadée que la chasse aux œufs se faisait le lundi, et que dimanche en entendant le clocher carillonner je me suis dit zut, on n’a pas esquissé de plan diabolique pour planquer les chocolats avant que Zozio aille dans le jardin. Heureusement M. Moineau a assuré en disséminant rapidement les œufs et autres lapins pendant que j’infligeais une vérification de couche à Zozio.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :