Homo paupertate lupus

Ah ça, l’éternel refrain sur « tous ces assistés »…

docadrenaline

Je crois pas qu’il me racontait des bobards, et cette idée me fait mal au bide, ce matin, d’autant que les 2 neurones éveillés en cette journée post-garde n’ont toujours pas élaboré de solution au problème posé. Alors ça mouline, patinant dans la tête et hachant menu l’estomac.

Je crois pas qu’il me prenait pour une quiche, cet homme. Au 15 sonnent régulièrement des appels alléguant des symptômes aigus [mais aigus continuellement depuis 6 mois, détail malencontreusement nié omis à l’appel], foireux [plus ou moins bien renseignés par google] car potentiellement alarmistes, pour des patients prétendument extrêmement isolés socialement [spafacile tous les jours, d’aller bosser pourtant quotidiennement quand on vit en rase campagne à 25 km du premier hameau ; et qu’on a ni voisin, ni ami, ni famille, ni véhicule, hormis les 2 berlines soigneusement garées devant le domicile et dont on a oublié l’existence]. À force le couplet devient une…

Voir l’article original 1 085 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.