Corvée triennale : faite.

15 Sep

Et oui ce week-end, je suis allée au salon de coiffure ; pour vous dire à quel point j’aime ça, je précise que la fois précédente, c’était il y a environ trois ans. La fois encore avant, il y a 4 ans (mais c’était pour mon mariage), et la fois encore avant… quelques années plus tôt. Le coiffeur et moi, une grande histoire d’amour donc.

Mais alors me direz-vous, pourquoi maintenant ? C’est l’étonnant résultat de la conjonction visite prévue chez l’esthéticienne + envie de bébé. Comment ça « c’est quoi le rapport ? » ???

Je ne dirais pas que je me contrefous de mon physique, mais, merci Maman, j’ai toujours été plus à l’aise en mode « nature » que maquillée/pomponnée/déguisée. M. Moineau étant par contre très sensible aux apparences (et je l’ai QUAND MÊME épousé, c’est dire si je l’aime), je lui concède régulièrement une visite chez l’esthéticienne pour me débarrasser de ma moustache ah non ça se dit pas pour une Fâme mon léger duvet de la lèvre supérieure. Malheureusement, je dois admettre que maintenant, je ne me sens plus à l’aise quand ce duvet se voit, alors qu’avant je ne l’avais jamais remarqué. Pire, je le remarque chez les autres. Bref. Depuis quelques semaines, je sentais s’imposer une nouvelle séance de torture épilation, que j’avais reportée en prétextant le manque de budget. Et finalement au début du mois, je me suis dit « bon, il est temps de prendre rendez-vous », et en même temps m’est revenu le fait que mes cheveux étaient un peu fourchus, ce qui en général est le signal pour un coup de tondeuse ciseaux. Donc je me dis « allez, je vais aussi prendre rendez-vous chez le coiffeur ou la coiffeuse, chuis pas sectaire« . J’ai failli reculer au dernier moment, à l’idée que je ne pourrai plus me faire de tresses (alors que ça m’arrive au moins…. pfiouuu ! trois fois par an – mais la dernière fois c’était justement il y a quelques jours).

Et quel rapport avec l’envie de bébé ? C’est mon côté superstitieux : il y a 3 ans, j’avais décidé sur un coup de tête de me faire percer les oreilles, et Zozio a été conçu la semaine où je suis revenue trouillotée de la galerie marchande. Depuis mes oreilles sont rebouchées (enfin, les trous, enfin vous voyez quoi), vu que quelques mois après sa naissance Zozio m’a presque arraché un lobe à cause d’un pendant trop long qui s’était niché dans sa main : au placard les boucles, et quand j’ai voulu les ressortir, ça entrait plus).

Hasard, l’annuaire m’indique que dans mon village, il y a plusieurs salons d’esthétique, dont un est couplé à un salon de coiffure ; parfait me dis-je, le choix est vite fait comme ça. Sans rien dire à M. Moineau, je me rends donc au salon ; qui dit première visite à un nouveau salon esthétique ou coiffure, dit nouveau constat d’à quel point les priorités des gens me sont parfois incompréhensibles (p’tin déjà 433 mots et j’ai pas commencé à raconter).

Découverte des lieux

Accueil chic : « Madame, je suis Miranda, je vous laisse patienter ici et je vais vous apporter un magasine, Pamela va bientôt venir s’occuper de vous ». Ouahou. Je feuillète donc Art & Décoration, avant d’être invitée par Pamela à me rendre côté shampooing. C’est là que j’entre dans une dimension parallèle : quelques questions sur les soins que je fais à la maison (les soins ? euh ben je me lave), du coup la remarque diplomate sur le fait que mes cheveux graissent assez vite, et la suggestion « j’ai le shampooing qu’il vous faut » (oui c’est ça, on en reparlera…). Bon, Pamela a de la bouteille, elle tente de placer ses produits (notamment contre les cheveux blancs : mais zut, je les aime moi mes cheveux blancs) mais elle sent bien que le terrain n’est pas favorable et ne se montre pas insistante. Je me laisse même aller à lui demander conseils pour les croûtes de lait de Zozio (il paraît que couper ses cheveux ferait sûrement du bien, mais elle dit ça comme ça hein, c’pas pour que je lui confie mon fils – quoi ? vous croyez ? oh wait…). Bref j’ai droit à un soin réparateur après le shampooing (j’ai quand même réussi à demander le tarif avant qu’elle ne se lance… je commençais à flipper grave du porte-monnaie), à laisser appliquer pendant que j’irai côté esthétique. Bien bien. Miranda arrive quelques minutes plus tard, et après discret rappel d’une autre collègue, vient se placer devant moi pour se présenter (OK, donc elle, c’est la nouvelle recrue), puis m’emmène pour l’épilation.

Belote et re-belote

« Vous utilisez une crème chez vous ?

– Non.

– Si vous me permettez, j’en étais sûre, votre peau est abîmée, elle manque d’hydratation…

– Ah oui je sais, on me dit toujours que je ne bois pas assez.

– Euh et bien oui voilà, l’eau qu’on boit va d’abord aux organes essentiels et la peau est servie en dernier, c’est pour ça que c’est important d’appliquer une crème hydratante (blablabla) » (ou alors je pourrais me forcer à boire plus, hein, mais tu vends pas d’eau en bouteille… je vois)

Tout en jouant de la cire et de la pince, Miranda continue à me vanter les mérites des crèmes et baumes, beaucoup moins subtilement que sa collègue (manifestement le sens du commerce, ça ne s’acquiert pas en deux jours).

  • Elle démarre pourtant doucement, me demandant pourquoi je n’utilise pas de crème. Je réponds que je déteste avoir les doigts gras (alors qu’en fait, comme je le réaliserai en y repensant après… la vraie raison, c’est que je n’ai aucune raison d’en mettre !!! mais je pense que si je lui avais dit ça je lui aurais fait peur), elle me propose de tester une crème « plus légère que la moyenne ». Va pour le test, j’étale, mais non vraiment, je reconnais que c’est moins gras que d’autres produits mais c’est encore trop pour moi.
  • Viens alors un laïus sur le fait que bon c’est dommage, parce que là on serait dans le préventif, mais quand j’aurai besoin de curatif ben ce sera plus compliqué à gérer. Genre forcément, dans une semaine ou un an, je vais finir par me rendre compte que ma peau est moche et venir supplier qu’on mette un terme à mes souffrances me vende un produit miracle à 58,99€ le litre.
  • Me sentant peu convaincue, Miranda sort alors un dernier argument de son arsenal : avisant la cicatrice de ma thyroïdectomie, elle me demande si c’est récent, si depuis je n’ai pas remarqué de changements sur ma peau (mais t’as pas encore compris que je ne suis même pas capable de voir mes points noirs dans la glace ???), « parce qu’avec les modifications hormonales, on peut avoir une peau qui se masculinise » (là elle a dû voir la déconnection neuronale chez moi, parce qu’elle a expliqué que ça voulait dire une « peau épaisse, avec des pores très larges »). Moui ben j’ai déjà la peau épaisse (enfin on me l’a dit, moi en fait j’en sais rien), donc voilà quoi…

C’est donc une Miranda bredouille qui me raccompagne côté coiffure. Bon mais sinon elle était quand même très agréable, juste un peu maladroite, et je suppose qu’elle est rémunérée en fonction des produits qu’elle vend donc je peux comprendre qu’elle ait voulu à toute force me convaincre que j’avais besoin de cosmétiques. Je crois que la prochaine fois, je lui demande si elle a des crèmes vegan 😉

Ciseaux !

C’est ensuite avec le Gala du mois dernier que je patiente en attendant le retour de Pamela, qui va donc me couper les tifs. Puis une autre dame (la patronne supposé-je… elle a l’âge d’être la mère des autres, mais si ça s’trouve c’est un faux indice) me confie quelques catalogues : « Vous avez déjà une idée de ce que vous voulez ? couleur, [truc]*, [bidule]* ? – euh pas précisément… juste couper à peu près à ce niveau-là – Je vois, plutôt une coupe naturelle alors… tenez voici deux catalogues, vous pourrez voir les tendances. » OMFG mais franchement tu crois que j’en ai quelque chose à f****e des tendances ????

* pas retenu les propositions, je ne maîtrise pas assez le vocabulaire des salons.

Bref, Pamela revient, me demande si j’ai vu un modèle qui me plaît : oui, celui-là. « Ah oui on coupe franchement là ! » (oui, en même temps quand je t’ai dit que ma dernière coupe remontait à 3 ans, tu peux te douter que je ne compte pas forcément revenir non plus avant 3 ans). Elle dégaine les ciseaux, clic, clic, clic, discute un peu mais sans insistance – faisant même dire à la supposée patronne « ouh la c’est bien sérieux ! ». Bon, ça y est, tout est coupé (enfin tout… non j’ai gardé la moitié supérieure de mes tifs), question bizarre suivante:

« Et pour le brushing… ? »

Et là dans la tête du Moineau, un instant de panique : c’est quoi déjà qu’ils appellent le brushing ? je sais que c’est un truc tout con, mais quoi ? un lissage ? bon, tant pis, soyons ridicule jusqu’au bout :

« Euh… c’est quoi déjà ? » Pamela sourit, elle m’a bien cernée et s’attendait à la question (en vrai de vrai, j’ai vraiment apprécié cette fille, elle sait bien s’adapter à son public et si je dois y retourner, je demanderai à ce que ce soit à nouveau elle qui s’occupe de moi). Donc voilà il s’agissait juste de sécher les cheveux… La séance est finie, j’ai l’impression d’avoir rajeuni (ben oui la dernière fois que j’ai eu cette tête-là, c’était genre y’a huit ans – la dernière fois j’avais fait couper moins court) mais je me sens bien (et j’ai perdu 500g). Et la facture ne dépasse pas ce que j’avais estimé, donc tout va bien !

 

édit : ce n’est pas tout à fait dans le sujet, mais je profite de cet article pour vous faire découvrir le tumblr Woman Tax. Ou comment ça coûte d’un bras de se faire belle quand on est une Fâââme moderne.

Publicités

9 Réponses to “Corvée triennale : faite.”

  1. Biquette 15 septembre 2014 à 14 h 46 min #

    Quelle aventure. J’aime ta superstition et je te souhaite qu’elle fonctionne à nouveau 🙂
    Bisous

  2. Choco_not - la cigogne est une garce 15 septembre 2014 à 19 h 31 min #

    Oh je suis un peu (beaucoup) comme toi. Très nature et pas super attentionnées avec mes cheveux et ma peau (si ce n’est que j’évite de lui étaler des produits chimiques dessus quoi). Pas de maquillage… en tout cas on espère que le résultat sera le même que pour ton premier !

  3. Karine 16 septembre 2014 à 21 h 58 min #

    Merci pour le fou-rire ‘tite soeur!!! 😀
    Dommage que ton sondage ne permette pas les réponses multiples… J’ai longuement hésité entre « utilise les tutos Internet pour faire moi-même » et « on me traîne pieds et poings liés »!!! Je crois que je suis encore pire que toi au niveau de l’allergie aux coiffeurs :p !! Même pour mon mariage, si une copine n’avait pas insisté pour m’offrir la coiffure je crois que je me serais coiffée toute seule (bon, j’avoue que c’est la seule fois de ma vie où je suis sortie d’un salon contente du résultat!!)
    Je crois que je vais me faire un calendrier comme pour l’arrêt de la cigarette!! Dernière coupe chez le coiffeur : 29 janvier 2010!!! 🙂

    • Moineau 17 septembre 2014 à 7 h 29 min #

      Ah mince j’ai hésité pour le sondage à autoriser les réponses multiples… La séance mariage, c’est clair que c’est un des rares bons moments passés chez le coiffeur ^^

  4. Peuvent-ils souffrir ? 17 septembre 2014 à 9 h 43 min #

    Je commence à peine à aller plus régulièrement chez le coiffeur depuis que j’ai une coupe que je n’arrive pas à reproduire (c’est pas faute d’essayer pourtant, et puis j’aime les trous dans une coupe de cheveux :x). Mais alors avant, mes 30 j’avais du y aller max 3-4 fois dans ma vie. Faut dire que je tombais que sur des quiches qui m’arrachaient la tête (elles avaient jamais dû voir des cheveux bouclés épais qui s’emmêlent facilement) et m’avait fait une coupe immonde la seule fois où j’avais demandé à raccourcir ma longue tignasse.
    Là j’ai enfin trouvé quelqu’un de compétent après avoir encore fait l’objet d’expérimentations d’une coiffeuse qui a voulu choisir ma colo, m’a teinte en rousse (ce qui fait vraiment top sur une brunette méditerranéenne), et m’a très mal séché les cheveux alors qu’il neigeait dehors. Merci vraiment.

    Tout ça pour dire que je te comprends très bien (mais je veux une photo maintenant :D) !

    • Moineau 17 septembre 2014 à 9 h 54 min #

      Une… photo ??? Argh ! (Bon peut-être que je peux trouver de quoi faire un avant/après, en floutant un peu… je promets rien).
      T’as eu des expériences sympas toi dis donc ! J’avais voulu une fois couper TRES court (j’entrais au lycée), et j’avais pas du tout apprécié le résultat, j’avais mis des mois à m’en remettre (le temps de retrouver un carré en gros) mais sinon ça va… j’ai jamais tenté les couleurs ceci dit, sauf si on compte les mèches pour mon mariage.

      • Peuvent-ils souffrir ? 17 septembre 2014 à 10 h 06 min #

        Ah le risque du court…

        Hm la couleur j’ai attendu d’avoir des cheveux blancs et d’ailleurs les colo véganes que j’ai essayé m’ont crâmé la tête… du coup, ben je cherche la perle rare.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :