On ne dit jamais assez « merci »

27 Août

Ça me trottait dans la tête depuis un moment, j’inaugure aujourd’hui une nouvelle catégorie : des gens formidables. J’y range déjà quelques articles passés (faudrait que je me décide à finir cette série d’ailleurs). J’ai brièvement hésité à y inclure la catégorie « Famille », mais comme je ne dirai pas toujours que du bien de ma belle-mère (au hasard), de l’une de mes soeurs, je préfère garder les deux cases bien distinctes.

Je ne vais pas forcément commencer par les personnes les plus importantes dans ma vie (pis d’abord, y’a pas une échelle avec une note attribuée à chacun(e)), mais plutôt au gré des souvenirs qui me reviennent.

Et là aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de Sly (je ne pense pas nuire à son anonymat vu qu’il doit y avoir 36 000 personnes qui utilisent ce pseudo). Je ne l’ai croisé qu’une poignée de fois – je pense que ça tient sur mes dix doigts, pourtant il a fait quelque chose de très important pour moi.

Contexte : j’avais eu le coup de foudre pour un de ses amis, célibataire endurci. Je côtoyais le groupe d’amis via ma meilleure amie, à coup de week-ends par-ci par-là, et assez vite tout le monde (sauf le principal intéressé ?) avait remarqué mon béguin. Pendant environ 2 ans, j’ai attendu, rêvé, pleuré toutes les larmes de mon corps. Un jour, je « croise » Sly sur msn (oui ça date un peu). Comment vas-tu, et toi, blablabla… et je ne sais plus exactement comment, il en vient à me dire qu’il pense que je suis amoureuse de **** – je confirme – mais que celui-ci semblant parti pour l’éternel célibat, il serait peut-être préférable « d’attaquer de front », pour savoir s’il est juste trop timide pour répondre à mes tout aussi timides avances, ou s’il n’est pas intéressé…

Comme ça, de deux choses l’une : soit tu sauras qu’il y a, ici, un homme qui t’attend, soit tu sauras qu’il n’y a rien à espérer et tu passeras à autre chose.

Je proteste, je ne veux pas jouer à « hé, tu peux demander à ton copain s’il veut sortir avec moi », et surtout, surtout, je sais au fond de moi quelle sera l’issue. Mais je suis aussi obligée de lui donner raison : je ne vais pas passer 50 ans seule parce que je suis braquée sur un homme qui ne veut pas de moi…

 

Quelques temps plus tard, nouveau contact msn.

Bon, j’ai parlé à ****. (…) Il a bien remarqué que tu en pinçais pour lui, et il m’a dit que ça lui faisait de la peine pour toi.

Ramasse tes dents.
J’avoue que ce n’est pas une surprise. Il me dit qu’il y a plein d’autres hommes sur Terre (oui mais moi c’est çui-là que j’voulaiiiiiiiiiiiis), qu’il sait bien que je n’ai pas envie de penser ça maintenant, mais que c’est vrai et que je vais cesser de « perdre du temps ».

Je te connais pas énormément, mais bon t’es assez mignonne, pour ce que j’ai vu plutôt intelligente, y’a forcément quelqu’un pour toi quelque part !

Boudeuse, je réponds qu’à ce qu’il paraît, les hommes n’aiment pas les femmes plus intelligentes qu’eux (sexisme bonjour… j’ai évolué depuis !) ; il rétorque que ce n’est pas grave, c’est plus facile pour une femme intelligente de se faire passer pour bête que l’inverse ! Avec humour et gentillesse, il fait le maximum pour me remonter le moral. S’il n’avait pas pris le taureau par les cornes, je serais peut-être aujourd’hui toujours en train d’attendre… ça a fait mal mais merci Sly.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :