La poisse

14 Jan

Après la naissance de Zozio, j’ai vite repris une contraception orale ; pas que j’aie dès les premières semaines de folles envies de galipettes, mais bon, vu notre grande fertilité (oui je suis de ces biiiiiip qui tombent enceintes en C1), je ne voulais pas courir le risque de voir s’installer un second pensionnaire avant même la fin de mon congé maternité. Rigolez-pas, c’est arrivé à une de mes tantes (elle a été très heureuse avec ses deux bébés de 10 mois d’écart, mais pour ma part, non merci).

Bref, comme j’allaitais, on me donne une pilule microdosée, dont la notice précise qu’en cas de retard de prise, il y avait risque de grossesse dès 3 heures. Dans les trois premières semaines, je l’ai oubliée deux fois. Lors de la visite de contrôle chez le gynéco, j’ai donc gentiment demandé autre chose, parce que là, vraiment, c’est pas possible, je ne vais quand même pas passer l’année qui vient à me demander si mon absence de règle est un retour de couches tardif ou une nouvelle grossesse (oui, je comptais allaiter au moins un an). Dr Gentil me présente ce qu’il a dans son arsenal : implant, stérilet hormonal, stérilet cuivre (et j’en oublie peut-être ?). Il semble que le stérilet cuivre augmente un peu les règles, parfait, je le veux ! Ordonnance, rendez-vous un peu plus tard.

Jour J : j’ai oublié de prendre du paracétamol une heure avant comme recommandé, tant pis, ça fait un peu mal mais c’est pas la mer à boire pour être zen pendant des mois voire des années.

Le mois suivant, échographie pour contrôler que le stérilet est toujours là où il doit être : tout va bien, il n’y a plus qu’à l’oublier jusqu’à la prochaine fois où je voudrai faire un bébé (vous me voyez venir, là ?).

Décembre 2013 : ça y est, M. Moineau a donné son feu vert pour le retrait du stérilet. Hôpital : on me propose un rendez-vous dans deux mois et demi. Pfff. J’appelle une sage-femme libérale qu’une copinaute a consultée pour son allaitement : elle veut bien me recevoir dès la semaine suivante, super ! Le lundi suivant, je me présente donc à son cabinet, lui raconte en deux mots pourquoi je tenais à voir une sage-femme pour cette opération, et elle m’installe sur le canapé d’examen. « Je ne vois pas le fil ». Ah. Elle cherche, cherche encore, s’excuse de me faire mal (alors que franchement ce n’est pas grand-chose), finit par me dire que non, ce fichu fil censé dépasser du col est invisible. Pendant que je me rhabille, elle contacte l’hôpital, où le Dr DeGarde lui indique que bon, ça arrive, qu’il faut retenter pendant mes prochaines règles, pour profiter de ce que le col est légèrement ouvert. Elle remercie, nous convenons que je la rappellerai donc au moment des prochaines, et elle prévoit de s’équiper d’ici-là de pinces plus petites (du genre dont elle n’a jamais besoin habituellement), parce que ça peut aider aussi. En sortant, je crois me rappeler que Dr Gentil avait effectivement lâché un truc du genre « mince, j’ai coupé un peu court, ce sera peut-être pas évident à retirer », mais ne serait-ce pas un faux souvenir fabriqué par mon esprit tordu ? Impossible d’en être sûre.

Vendredi dernier, je rappelle la sage-femme : début de cycle la veille, est-ce qu’elle peut me recevoir lundi ou mardi ? Mardi, y’a un créneau, allons-y.

Et ce matin (oui, pour ceux qui ont du mal en ce début de semaine, on est mardi), je me lève et constate que mon flux est presque tari, ce qui est mieux parce que je ne tiens pas à l’inonder. Fin de matinée, je m’apprête à quitter le bureau quand un éclair de lucidité me fait me rappeler que je n’ai pas mon carnet de chèques sur moi. Coup d’œil à mon portefeuille : 5€. Et m****, bon je vais essayer de repérer un distributeur en route. Automate trouvé, je galère pour me stationner à proximité, me précipite (j’ai horreur d’être en retard), insère ma carte, blablabla code et « Vous avez atteint votre plafond de retrait autorisé ». Quoi ? Et sale machine de m****, c’est mon fric, j’en fais ce que je veux d’abord ! Tout en maudissant mon banquier, je retourne à ma voiture et termine le trajet.

J’arrive, son rendez-vous précédent est parti, elle me fait entrer. Je mentionne tout de suite mon absence de moyen de paiement (vu qu’elle n’est pas équipée pour les cartes bleues) « Pas grave, on verra ça ensuite, d’abord on va chercher ce stérilet ». Bon, elle n’a vraiment pas l’air formalisée, je me détends et m’installe.

« Ah ben oui là je le vois ! » Bon, ça s’annonce bien. Sauf que. Ce fichu fil refuse de se laisser attraper, du moins pas tout seul : « dès que j’arrive à l’avoir, j’ai un morceau de col avec, je ne peux pas tirer ». Zut. Elle essaie, essaie encore, mais chaque fois ce fichu stérilet s’enfuit. Elle s’inquiète de me faire mal – mais non, vraiment, ce n’est pas pire que mon souvenir de la pose, autant dire rien. Elle essaie encore, puis renonce. M’obtient un rendez-vous à l’hôpital dès demain (pour que le Dr Consult puisse aussi profiter que le col soit encore un peu ouvert).

Du coup, en rentrant de l’hôpital demain, je ferai un détour pour glisser un chèque dans sa boîte aux lettres. J’espère que le message que je glisserai avec sera « Dr Consult a finalement arrêté le coupable » et non « J’ai rendez-vous dans x temps pour un retrait sous anesthésie générale ». La deuxième option la consolerait peut-être mieux, j’ai bien senti qu’elle se sentait mal de ne pas réussir cette opération théoriquement simple, mais je préfèrerai quand même la première. Suspens…

 

 

Édit : finalement, Dr Consult a galéré, mais il a triomphé \o/ En fait le problème n’était pas que le fil était trop court, mais qu’il s’était replié le long de la tige (ce qui revenait au même qu’une absence de fil). Du coup il a fallu tirer directement sur la branche du stérilet (ce que la sage-femme n’osait pas faire de peur de causer quelques dégâts) : un peu douloureux, mais j’ai échappé à l’anesthésie générale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :