J’ai été eue. Deux fois.

29 Oct

Je parcours le blog de 10lunes, et je tombe sur cet article sur les photos à la maternité. Je le dis sans honte (enfin… si, quand même) : je me suis faite avoir par ce système, et ai même récidivé à l’anniversaire de Zozio.

Pourtant, ça démarrait bien : la maternité nous prévenait de la présence d’un photographe dans l’établissement, et nous faisait signer un document avec la mention « je souhaite / ne souhaite pas que mon bébé soit pris en photo ».

Sur le moment, je me suis dit « pourquoi pas, ça n’engage à rien » – et puis quelque part, je regrette un peu de n’avoir pas eu de photographe pro à mon mariage, ça a sûrement joué un peu. La photographe s’est présentée le lundi ; je n’étais pas encore en super forme mais je tenais debout, je crois même que j’étais habillée. Elle m’a expliqué le principe : quelques prises de vue, on vient me montrer le résultat un mois ou deux après, avec une photo gratuite. À ce moment, je crois fermement que je serai capable de ne prendre que la photo gratuite et rien d’autre, ou à la rigueur un ou deux tirages « simples ». D’autant que j’ai bien conscience que mon Zozio n’a pas encore très belle allure (mais je ne m’en fais pas, moi aussi j’étais moche à la maternité), mais je me dis qu’il y aura bien une ou deux photos qui le mettront en valeur. Quelques clics, M. Moineau a fui la chambre le temps de la séance, tandis que je pose sur la dernière photo avec mon bébé.

Quelques semaines plus tard, coup de fil, prise de rendez-vous, une autre personne de la société vient me montrer les résultats. Évidemment, la photo offerte n’est pas la plus jolie (j’avais naïvement pensé qu’on me laisserait choisir le tirage). Bon. La commerciale sort de son sac des livres photos mettant en scène mon bonhomme, des tirages classiques pour lesquels elle propose des cadres en verre, et des exemples d’encadrement, impressions sur toiles, etc. De très jolies choses, et comme il y a effectivement quelques photos réussies dans le lot, je me projette déjà (un grand livre pour nous, les miniatures pour les grands-parents, un cadre pour la tante, etc). Arrive le moment critique l’annonce du prix.

La formule « grand coffret cadeau » avec tout dedans coûte la modique somme de … plus de 900€.

Je réussis à ne pas tomber de ma chaise, et explique que je ne peux vraiment pas me permettre de débourser une telle somme (sérieux… plus d’un tiers de notre revenu !!!). La dame me propose alors les formules « minimes », qui ne contiennent presque rien, mais bon on nous fournira gracieusement un CD-rom avec toutes les photos pour pouvoir les réutiliser ensuite… je repasse mentalement les cadeaux que j’ai envie de faire, pense qu’avec les chèques que nous avons reçus suite à la naissance, finalement ça couvre presque le prix… Je me sens aussi « bloquée » par le fait que les livres sont déjà imprimés avec les photos de MON bébé ; je me dis que si la vendeuse qui est face à moi revient au bureau sans me les avoir refourgués, elle aura peut-être un « malus », une mauvaise notation, bref que ça lui sera reproché. Parfois, je regrette que mes parents m’aient appris à toujours chercher à déranger le moins possible, parce que quand il faut dire non, c’est très difficile. J’accepte finalement la formule minimale, qui coûte quand même plusieurs centaines d’euros.

À peine est-elle partie que la sensation de m’être faite piéger surgit, brutale. J’ai englouti les chèques de mes parents et de ma grand-mère dans quelques images… mon mari qui me rejoint ensuite me montre bien qu’il n’est pas ravi, mais il a le tact de ne pas trop insister, il connaît les ficelles du métier de vendeur et se rend compte que ce n’était peut-être pas une bonne idée de me laisser seule avec la commerciale.

Le temps passe, les grands-parents sont ravis de leur petit livre photo, le sentiment de culpabilité s’estompe.

Bis repetita non semper placent.

À l’approche de l’anniversaire de Zozio, la société me recontacte : une séance photo d’environ une heure est offerte, avec une photo gratuite à la clé. Je me dis qu’ayant été échaudée la première fois, j’arriverai mieux à résister cette fois, et accepte la séance, bien décidée à ne prendre que la photo offerte et le CD-rom de photos pour faire moi-même par la suite un album. Et puis Zozio est nettement plus beau maintenant, ça vaut le coup de garder un vrai souvenir de cette période.

La séance se passe bien, même si Zozio manifeste un peu d’impatience vers la fin. Même principe, une autre personne repasse quelques semaines après pour nous montrer le résultat. Cette fois, Monsieur Moineau est là, mais nous avons commis une autre erreur stratégique : ne pas nous mettre d’accord à l’avance sur un montant à ne pas dépasser. La vendeuse arrive, sort tout son matériel (comme la première fois, livres avec nos photos, photos exemples pour les autres objets). Comme la première fois aussi, la photo offerte est particulièrement moche. Je n’ose pas lui faire abréger son discours (Papa, Maman, mais POURQUOI m’avez-vous appris la politesse ???), ni critiquer l’insertion de certaines photos dans le livre : celles de fin de séance, quand Zozio commençait à faire la tête (à peine un « oh ben elle est pas avantageuse celle-là » auquel répond un « ah mais il faut bien aussi se rappeler qu’ils n’ont pas toujours le sourire », sur lequel M. Moineau tombe d’accord – depuis un an il accumule les photos compromettantes en vue de l’éventuel mariage de fiston).

Vient l’annonce des tarifs, pas de changement depuis un an, j’indique d’emblée que nous ne pouvons étudier que la formule la moins chère, et demande s’il n’est pas possible plutôt d’acheter le CD-rom – non, le CD-rom n’est pas vendu seul, il est « offert » avec les formules. C’est là que survient mon dernier EPIC FAIL : je n’ose pas dire à mon mari devant la vendeuse que nous pourrions prendre des tirages, les scanner pour les réutiliser ensuite. Du coup, comme nous venons de passer un moment à dire que nous pourrions prendre ceci pour nous et cela pour untel ou untel, je me retrouve dans la même situation que l’année précédente. Avec M. Moineau qui réfléchit tout haut que « oui c’est cher mais bon ce mois-ci ça va,  on peut dépenser ça ». Finalement, nous signons à nouveau un chèque de plusieurs centaines d’euros (ils sont gentils, ils font des facilités de paiement… plusieurs chèques donc en pratique). Le réveil le lendemain est un peu rude.

Certes, on nous a parlé d’un délai de rétractation, mais une fois les objets dans les mains, difficile de se décider à les rendre. Cette technique de vente est pour moi un réel abus de faiblesse, auquel on ne peut résister que dans deux cas : si on n’a vraiment pas d’argent, ou si on est préparé mentalement à affronter les manœuvres marketing.

Pour nos futurs zozios, promis, on ne m’y prendra plus : je résisterai à l’appât d’une photo moche offerte, et si vraiment je veux que ma progéniture soit mitraillée, je ferai venir mon cousin photographe même s’il vit à quelques départements d’ici – il ne fera que du tirage simple et au moins, l’argent restera dans la famille.

Publicités

5 Réponses to “J’ai été eue. Deux fois.”

  1. Peuvent-ils souffrir ? 29 octobre 2013 à 16 h 09 min #

    Ah oui c’est du gros foutage de gueule les photographies de maternité… et je savais pas qu’ils relançait pour l’anniversaire en plus !
    Moi j’ai craqué au mini minimum quand la madame s’est radiné chez moi avec tous ses produits déjà imprimés (techniques de persuasion, surtout pour les gens qui comme toi et moi n’aiment pas déranger) : j’ai pris 4 photos toutes bêtes. Ce qui m’a quand même fait 40euros. Oui 10 euros une photo ! Tu développe tes photos sur le net t’en as pour 30 centimes la photo, mais là non c’est 10.
    Je veux bien qu’il y a déplacement et que le photographe était une pro mais quand même ! D’ailleurs des photo comme ça, c’était pas la peine j’en fais des mieux, mais bon bref.

    Ca m’a calmé pour la prochaine fois, il y a des limites (merde) !

  2. jailly 30 octobre 2013 à 13 h 31 min #

    Je crois que pour la naissance de fils je vais faire venir un ami photographe et refusé que le photographe de la maternité passe dans ma chambre sinon je suis sur de me faire avoir aussi ^^

    • Moineau 30 octobre 2013 à 20 h 47 min #

      Si ce billet peut t’aider à ne pas te faire avoir, j’en serai ravie, c’est son but 😉

  3. Karine 31 octobre 2013 à 16 h 30 min #

    Me suis faite avoir aussi pour Numérobis… Et ils sont aussi revenus pour son anniversaire, par contre je n’ai jamais été recontactée pour voir (et acheter) les photos !! Dans un sens, tant mieux ! 🙂
    Pour ceux et celles qui hésiteraient encore, Numérobis a aujourd’hui 6 ans, et quand je regarde ces fameuses photos (à l’époque magnifiques) je les trouve banales au possible, clairement pas digne d’un photographe « professionnel ». Donc je m’en veux encore plus d’avoir cédé. Tant qu’à payer une certaine somme, je pense qu’il vaut mieux contacter un photographe quelques temps après la naissance (les vrais pros font des devis, donc pas de mauvaise surprise à l’arrivée)…

  4. Marie 15 décembre 2013 à 17 h 08 min #

    Comme je partage tous les sentiments exprimés dans ce billet ! Moi aussi je suis passée par la case « photographe ». Et en plus, le père et moi étions deux au rendez-vous de la commerciale. Mais en fait, c’était encore pire. Le père est tellement gaga de son fils que j’ai eu peur de le décevoir en ne prenant pas les photos…

    alors moi aussi j’ai signé… pour un album de photos qui se révèle d’une qualité approximative : une douzaine de photos, mais reproduites plusieurs fois, une fois en couleur, une fois en noir et blanc et compagnie. Et puis avec une résolution un peu bof, je me demande ce qui s’est passé, pourtant les originaux numériques sont de bonne qualité. C’est peut-être un stagiaire qui imprime ça ?

    Une chose que je ne regrette pas, c’est d’avoir ainsi une trace de bébé à deux jours, nous n’aurions jamais pensé à faire un reportage photos de cette petite crevette. Nous avons quelques photos de la maternité mais elles sont quand même moins réussies.

    Alors pourquoi pas faire de cette mésaventure une force ? Au prochain bébé qui arrivera dans mon entourage, je proposerai aux parents de leur offrir la visite du photographe. Et je leur paierai un photographe in-dé-pen-dant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :