Adénome toxique thyroïdien

26 Fév

Ça a commencé de façon anodine.

« T’as un truc à la gorge. »

« Mmh ? » Ah oui, une boule. Bof, je suis enrhumée, sûrement un ganglion qui a enflé…

Un mois plus tard environ « Faut que tu consultes, t’as toujours cette boule là ». M. Moineau déteste aller chez le médecin, mais est prêt à m’y envoyer au moindre pet de travers. Bon c’est vrai que c’est bizarre ce truc, ça dure.

Médecin : « Vous faites une échographie demain, il ne faut pas laisser traîner ». Ah. Bon ben écho alors.

Médecin, avec résultat de l’écho : « Bon ça peut être encore plein de choses, vous faites une prise de sang demain matin et vous revenez me voir dès que vous avez le résultat ». Plein de choses, entre autres possibilités un cancer. Glourps.

Un week-end de stress par là-dessus, résultat partiel de l’analyse, qui ne va pas dans le sens de l’élimination de l’option cancer. Je panique, je commence à imaginer que je ne verrai pas le premier anniversaire de mon zozio. Je confie mes angoisses à quelques collègues, qui font discrètement passer le mot, et finalement trois personnes viennent me voir en l’espace d’une journée pour me dire « tu sais, je n’ai plus de thyroïde, à cause d’un cancer (ou autre), et ce n’est rien du tout, ça fait des années et je vis parfaitement bien ». Merci les collègues, je vous adore 🙂

Deux jours après, suite des résultats d’analyse et coup de fil du médecin : « Finalement, c’est un adénome toxique, je vous ai pris rendez-vous lundi chez un endocrinologue, venez me voir demain pour qu’on en parle en détail ». En détail, il y a plusieurs traitements possibles, et c’est l’endocrino qui décidera. Bon ben, voyons l’endocrinologue alors.

Maison médicale du coin, je vois donc le Dr Philémon (c’est joli Philémon, non ?). Questions d’usage, examen des différents comptes-rendus… « Bien, il va falloir faire une scintigraphie pour confirmer le diagnostic, mais dans tous les cas on fera une chirurgie… si c’est bien un adénome, on enlève que le lobe défectueux, sinon ça peut être malin et on enlève tout ». Bien, ben au moins c’est clair. Philémon a un super dictaphone qui écrit sous Word au fur et à mesure qu’il parle : la classe !  Tant de technologie, ça m’épate, mais je ne peux m’empêcher de penser que ça pique le boulot d’un(e) secrétaire. Courrier au centre de scintigraphie, courrier à mon médecin, et voilà.

Le lendemain, scintigraphie. Résultat immédiat : c’est bien un adénome. Coup de fil du médecin dans la foulée : prenez rendez-vous avec le Dr. Chirurgie, il ne reste qu’à fixer la date d’opération. Ouhaou. C’est bizarre comme tout a l’air simple. On m’a bien expliqué que ce n’est pas rien, qu’il faut opérer sans trop traîner même si ce n’est pas une urgence non plus… m’en fous, tant que ce n’est pas un cancer…

Rencontre avec le chirurgien, qui m’explique ce qu’il va faire et les risques inhérents à l’intervention. L’anesthésie ? Non, ça c’est justement l’anesthésiste qui m’en parlera. Non, voyez-vous, juste à côté de la thyroïde, il y a des glandes qui jouent dans l’absorption du calcium, qu’on risque d’embarquer avec ; si ça arrive, on les réimplante tout de suite et pas de problème. Juste à côté il y a aussi le nerf qui commande les cordes vocales. Hmm. Glourps. Il est en train de me dire que s’il tremble, je peux devenir muette ??? Euh, finalement, on n’avait pas dit qu’on pouvait aussi soigner l’adénome avec un peu de radioactivité ? Je prends des vacances à Tchernobyl et je reviens guérie, hein ? Mouais mais en fait Tchernobyl, c’est pas une destination de rêve pour Noël. Ce sera donc chirurgie, le 27 février.

Avant ça, rencontre avec l’anesthésiste. Un jeune, qui a des dessins d’enfants accrochés aux murs de son bureau. Très souriant, il m’explique comment se déroulera mon arrivée à la clinique, l’endormissement, le réveil. Ce type a une sorte de don, rien que de savoir qu’il sera là tout du long, j’ai l’impression qu’il ne peut rien arriver de mauvais.

Ben voilà, demain c’est le grand jour… le bon côté, c’est que je sais déjà que j’aurai deux semaines de vacances forcées. J’aime beaucoup mes collègues, mais j’aime encore plus mon mari et mon zozio.

Plus qu’à espérer que je revienne avec mes cordes vocales en état de marche…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :