Je suis d’la mauvaise herbe, braves gens, braves gens

29 Déc

Le Père Noël m’a apporté une compilation de chansons de Georges Brassens \o/

Parfait pour débuter l’éducation musicale de Zozio, et moi ça me permet de mieux découvrir ses textes (on m’a appris la Chanson pour l’Auvergnat à l’école, mais pas le Gorille… allez savoir pourquoi).

Je ne sais d’où me viens mon admiration pour cet homme mort avant ma naissance ;  mes parents possédaient certes un ou deux de ses disques, mais nous ne les écoutions  finalement qu’assez peu dans mon enfance. Récemment il m’est venu l’envie de réentendre quelques chansons, et surtout d’écouter ses textes. Brassens s’exprimait en poésie même pour dire des vacheries sur les flics, les curés et les militaires ; ah ben tiens, c’est peut-être l’album Paris-Province de Renaud qui m’a conduite à me pencher sur le sujet.

Ma préférée est peut-être celle-ci :

« Je ne fais pourtant de tort à personne

En n’écoutant pas le clairon qui sonne

Mais les braves gens n’aiment pas que

L’on suive une autre route qu’eux ».

Les braves gens grinçaient des dents à l’entendre, mais moi, Georges, je l’aime.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :