Masha et Michka

4 Jan

Je tenais à partager avec vous un récent coup de foudre : Masha et Michka.

Zozio a découvert ça à l’école (comment ça on regarde des dessins animés à l’école ??? bon, on va dire que c’était dans le cadre du projet « découverte de la Russie »), et en a réclamé un épisode entre deux Pyjamasques. Bon et bien depuis, quand il demande à regarder des dessins animés, j’essaie de le convaincre d’opter pour la fillette et l’ours (et je suis régulièrement dépitée de recevoir un « oh non j’ai pas envie » – sale gosse). Les histoires sont hilarantes, les expressions des animaux sont très réussies, et ça parle forcément aux parents d’enfants de plus de deux ans (M. Moineau a renommé Tizozio « Masha » dès le deuxième épisode visionné). Masha est minuscule, mais elle mène son monde (et au passage, ça fait du bien de voir un personnage féminin comme ça) : la terreur de la forêt, c’est elle !

Bon vraiment j’aime tout dans ce dessin animé, les personnages, les histoires, la musique, le style graphique… alors que je suis moins enthousiaste devant les autres choix de Zozio.

Par exemple, je n’aime pas trop les graphismes de Samsam, et j’ai l’impression que ses personnages sont assez stéréotypés (déjà sa copine est habillée tout en rose), mais je n’ai pas regardé assez en détail pour être affirmative. J’aime plutôt bien les Pyjamasques, et les filles y sont à première vue aussi dégourdies que les garçons, mais dès la page d’accueil du site on peut remarquer qu’Amaya a le poignet plus fin que ses copains… ohlala on n’aurait tout de même pas pu imaginer une fillette qui ait la même carrure que les garçons de son âge (ou que les deux garçons aient des carrures différentes) !!! Soupir…

Bon après, quand Zozio regarde la Panthère rose, Donald ou Mickey version années 50, y’a des choses à redire aussi, mais j’apprécie quand même 😉

 

Publicités

Accouchement. Les femmes méritent mieux

4 Jan

En jupe !

Le 4 janvier sort le premier ouvrage de mon amie et complice Marie-Hélène Lahaye, l’une de ces personnes qui renouvellent en profondeur la pensée féministe depuis quelques années. Les habitué.es de son blog marieaccouchelà reconnaîtront son style à la fois drôle et mordant, ses argumentaires solidement étayés par la littérature scientifique, mais aussi ses illustrations scandaleusement efficaces.

Couper le périnée évite ou facilite une déchirure ? Marie-Hélène nous invite à tenter l’expérience… avec la peau d’un poulet cru.

Assurer la sécurité d’une femme qui accouche sans nuire à la relation mère-enfant ? Marie-Hélène nous invite au zoo lors de mises bas, contrôlées en continu mais « de loin » par les vétérinaires.

Et tout d’un coup nous reviennent comme des évidences ces recommandations que l’on nous transmettait plus jeunes : toujours laisser tranquille nos animaux domestiques quand ils mangent, défèquent, s’accouplent, mettent au monde leurs petits. Marie-Hélène force à regarder le processus d’enfantement…

View original post 265 mots de plus

2 ans aussi

28 Déc

Ils me paraissent déjà loin, les 2 ans de Zozio

Quelques jours après l’anniversaire de Tizozio, et quelques jours avant la visite médicale des 24 mois, un petit point sur l’évolution de mon bébé 🙂

Tizozio parle. Beaucoup. Mais comme son frère au même âge, nous ne comprenons pas grand-chose à ce qu’il dit (il a un tout petit peu moins de vocabulaire « clair » même, mais comme il comprend manifestement très bien ce qu’on lui dit, je ne m’inquiète pas, je m’arme de patience).

Tizozio n’a pas toutes ses dents : les 4 dernières molaires se font attendre, j’ai l’impression que celles du bas progressent mais elles sont loin d’être sorties.

Tizozio aime que le monde se plie à ses exigences : allumer la lumière, non, pas celle-là, l’autre, oh puis finalement, éteint c’était mieux ; « a-pOt' » (la porte ! : il faut ouvrir au chat pour qu’il puisse sortir, ou fermer pour une raison inconnue).

Tizozio agace son frère en lui piquant ses jouets / démolissant ses constructions, mais Tizozio se précipite pour lui faire un câlin quand ça ne va pas. Tizozio fait de gros câlins aux ours qu’il a eus pour son anniversaire. Il faudra quand même trouver plus petit comme doudou quand il ira à l’école.

Tizozio mange seul et veut maintenant s’habiller seul (enfin parfois). Il met son écharpe quand il veut sortir, et arrive presque à enfiler son pantalon.

Tizozio joue un peu avec la cuisine qu’il a eue pour Noël, même s’il préfère largement les casseroles de Papa (on sait au moins d’où vient l’expression « batterie » de cuisine). Et les croquettes des chats, c’est tellement mieux que les légumes en bois !

Bref, Tizozio grandit, et m’émerveille chaque jour de ses sourires (entre deux séances de hurlement parce que j’ose vouloir changer sa couche, couper ses ongles, l’emmener au bain… deux ans).